30/09/2013

(Critique Blu-Ray) Die Hard 5 belle journée pour mourir

blu-ray-die-hard-5-une-belle-journee-pour-mourir.jpg

John McClane est dans le souci, son fils vient d'être arrêté en Russie alors qu'il venait d'abattre un homme.
Sans réfléchir aux conséquences, le voici parti pour apporter de l'aide à son fils qu'il n'avais plus vu depuis quelques années, il faut dire que les McClane ont du caractère et peut être un égo démesuré.
John apprend rapidement que son fils est un agent de la CIA qui a pour mission d'arrêter Victor Chagarin, un terroriste qui veut mettre la main sur l'arme nucléaire.
Évidement, les dommages collatéraux vont être énormes et nos deux McClane vont faire couler le sang à flots face à une armada de terroriste armé jusqu'au dents.

Sans être le film de l'année, je retrouve avec grands plaisir John McClane qui malgré les années n'a pas choppé une ride et le voir au côté de son fils est assez explosif!
Les références aux précédents épisodes sont discrets mais ont le mérite d'être là notamment avec quelques petites répliques comme par exemple Yippen-ki-yay ou encore la scène de clôture qui vous rappelera sans doute la fin d'un autre Die Hard.
vous l'aurez sans doute compris, j'ai aimé, fan de Bruce Willis, je retrouve toujours avec autant de plaisirs les aventure de ce héros qui n'a peut être pas trouvé son public dans ce cinquième épisode mais qui pourtant reste fidèle à lui même.
Et ce, grâce à ces répliques toujours aussi cinglante.
Par contre, le petit bémol reste les petits moments où John McClane est attendris par son fils qui ne colle pas du tout avec le personnage, je pense qu'il aurait fallut tourner ces scènes différemment, par exemple dans le feu de l'action.
Sinon, les passages à Tchernobyle sont sympathiques avec de la castagne et de belle scènes d'action.

Si les précédents volet vous ont plût, vous devriez apprécier celui-ci sans problèmes même si il n'apporte rien de nouveau mis à part une histoire de gentils contre les méchants, du pure McClane(s)!

Les commentaires sont fermés.