13/02/2017

TEST PS4: DLC1 Sabotage COD Infinite Warfare

817K2lblqcL._SY445_.jpg

Le premier DLC de Call Of Duty Infinite Warfare intitulé Sabotage est sorti il y a quelques jours et il est temps après quelques heures de combat de vous donner mon avis sur ces 4 nouvelles map multi-joueurs et cette nouvelle expérience zombies.
Commençons par les nouvelles MAP, j'ai tout de suite une grosse préférence pour la MAP Renaissance, une carte qui vous emmène à Venise pour des combats rapprochés dans de petites ruelles qui ne laissera que peu de place pour les armes de longue distance
C'est super jolie et franchement dépaysant!
Ensuite, la seconde dans l'ordre de mes préférence est Noire, qui prend pour lieu de combat Brooklyn dans un future proche, une ambiance un petit peu feutré et surtout sous un orage.
C'est agréable à regarder et à arpenter, la carte est plus axé combat mixte puisque des couloirs permettent de tirer à l'arme de précision avec plus d'aisance.
Puis viennent deux MAP plus futuriste, NEON est une ville futuriste dynamique affichant des détails comme par exemple des voiture qui apparaissent et des adversaires qui disparaissent comme parti en poussière lorsqu'on les éliminent.
La carte est vaste mais perso je n'accroche pas trop malgré les possibilités de monter en hauteur pour pouvoir ce planquer et shooter au Sniper.
Terminons les MAP par Dominion, la carte issue de MW2 (Modern Warfare 2) qui a été revisité pour coller à Infinite Warfare à savoir un lieu plus extraterrestre puisque au lieu du théâtre Afghan, c'est la planète Mars qui sera le nouvel environnement.
J'adhère pas à 100%, la map est vraiment immense et il est plus commande combattre à grande distance qu'en rapproché.
C'est celle que j'aime le moins alors que c'était celle que j'attendais le plus lors de l'annonce du premier DLC.

Ensuite dernier contenu de Sabotage, Psychose dans les bois nous place dans le scénario d'un film d'horreur qui nous confrontera à des zombies, des Yétis et un espèce de Boss qui souhaite nous couper en morceau avec sa scie circulaire.
L'histoire prend place dans une forêt, idéal pour ce foutre la frousse, mais contrairement aux autres scénario zombies, pas d'arme à feu au départ, juste une batte, et autre club de golf et ensuite, il faudra débloquer les armes comme c'est déjà le cas sur les différentes map zombies.
Quelques petits bonus viennent compléter cette nouvelle expérience zombies comme par exemple les tourelles automatiques obtenues en mélangeant des gemmes récoltés sur le champs de bataille.
Psychose dans les bois présente donc de nouveaux ennemis apportant donc de nouvelles têtes à fracasser et des bonus inédit.
C'est complet et riche.

Sabotage est donc un DLC attrayant mais quand même un petit peu cher si acheté seul, préférez donc le Season Pass qui vous fera une vrai économie.

05/02/2017

TEST PS4: Gravity Rush 2

Gravity_Rush_2.jpg

Kat est de retour!
Après avoir arpentée les recoins de Hekseville, la voici de retour dans une cité aérienne, Banga ou elle ce retrouve à la suite de l'ouverture d'une faille temporelle dans laquel elle a été proulsé par une tempête.
Mais à Banga, Kat et son pote Syd ne sont pas les rois du pétrole, ils doivent travaillé à la mine dans des conditions très dure, en milieu hostile et surtout sans pouvoir.
Une fois les pouvoirs de Kat revenu, elle devient rapidement une personnalité importante de Banga et surtout va aider de belle manière Banga à retrouver son rang.
Ensuite, Kat découvrira un plusieurs autres endroits et fera son ascension en découvrant encore un peu plus de quoi est fait ce monde

Côté Graphismes:
La partie graphique est tout simplement magnifique.
Kat est superbe et ses contours donne une importance à son personnage, les autres personnages sont aussi très travaillés.
Les décors sont également très travaillé avec de nombreux environnements très détaillé et tous plus jolie les uns que les autres.
Aucune faute de goût!

Côté Gameplay:
C'est toujours un plaisir de jouer avec Kat et ses pouvoirs.
Les phases de combat sont bien ficelées avec la possibilités d'utiliser nos pouvoirs pour porter des coups et également pour projeter des objets du décors contre les assaillants.
Petit bémol néanmoins, la caméra un peu pénible parfois.

La durée de vie:
Une bonne trentaine d'heures de jeu pour boucler l'aventure, c'est plutôt pas mal.
Outre les missions principale, il y a également pas mal de missions secondaire assez variés.

Pour Conclure:
Gravity Rush 2 est la grosse sortie de ce début d'année, pas de soucis à noter, c'est un très bon jeu.
Et franchement Kat à toujours la classe nous emmène dans des paysage imaginaires enchanteur!
L'attente aura quand même été longue puisque le premier Gravity Rush est sorti il y a quand même 5 ans sur PS Vita mais c'est un second épisode génial qui nous a été réalisé.
Seule vrai ombre au tableau hormis la caméra qui est un détails, le scénario un peu compliqué à suivre parfois et que les plus jeune joueurs n'apprécieront peut-être pas.

Ma Note pour Gravity Rush 2: 17/20

18:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gravity rush 2, kat, graité, banga | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook

TEST PS4: Yakuza 0

yakuza_0_ps4.jpg

Suivre e destin d'un Yakuza n'a rien de reposant mais en suivre deux en parallèle l'est encore moins!
D'un côté, Kazuma Kiryu jeune et embarqué dans une histoire de meurtre qu'il n'a pas commis et pour lequel il va tout entreprendre pour lavé son honneur et celui de sa famille.
De l'autre, Goro Majima, qui essaye de rejoindre les Yakuza après avoir été exclu du cercle.
Pour cela, il va devoir assassiner un homme d'importance pour revenir.
Un retour dans le passé Japonais des plus remarqué et que nous avons enfin entre les mains.

Côté Graphismes:
D'un point de vue général, Yakuza 0 est très jolie, avec une plongé dans le Japon des années 80 (1988 pour être plus précis).
Les personnages principaux sont bien modélisé mais les "gens" qui vac à leurs occupations sont un peu pourri, il faut bien le dire mais ce n'est pas la seule chose un peu négative puisque les petits détails semble daté de la précédente génération de consoles.
Mais dans l'ensemble c'est pas trop mal.

Côté Gameplay:
C'est l'un des meilleurs atouts de Yakuza 0, à savoir des phases de combat dynamique et varié mais parfois des combats qui traînent un peu en longueur.
Un truc qui est génial, c'est les anciens jeu SEGA de l'époque que j'ai très bien connu sur les consoles SEGA de mon enfance comme exemple OutRun qui était génial et bien d'autres présent dans le jeu et de plus jouable!
Un gros regret, le manque de sous titres français ce qui n'est pas très cool pour les non anglophone, je me débrouille bien mais le joueur lambda qui ne comprend pas l'Anglais sera forcément déçu.
C'est certainement la plus grosse déception.

La durée de vie:
Il y a de quoi faire avec pas mal de mission, mission annexes et autres activités.
Ce sera donc plusieurs dizaines d'heures de jeu.
Pas mal donc!

Pour Conclure:
Yakuza est une valeur sûre qui met en avant avec brio le Japon de la fin des années 80.
Quelques bug lors de phases de dialogues sont à déplorer et l'absence de sous titres ou de doublage est vraiment dommage.
Pour un jeu attendu comme Yakuza 0, c'est un peu moyen.
Mais le fun du jeu rattrape heureusement cette erreur.

Ma note pour Yakuza 0: 14.5/20

17:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yakuza 0, sega, yakuza, mafia, outrun | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook

18/12/2016

TEST PS4: Killing Floor 2

1473772974-7150-jaquette-avant.jpg

Les zombies ne vous font pas peur et vous désirez en découdre par tous les moyens?
En voici une bonne nouvelle car vous allez devoir mettre tout vos talents de combattant pour vous maintenir en vie.
A travers de nombreuses vagues d'ennemis plus horrible les uns que les autres, seuls ou à plusieurs, le sang coulera à flots!

Côté Graphismes:
C'est à Paris que nous allons en découdre avec certes des décors divers et varié.
Plusieurs coins de la capitale sont représenté mais malgré ce clin d'oeil à la plus belle ville du monde, la finition est très moyenne.
Mais à vrai dire, l'action étant omniprésente pas vraiment le temps de s'attarder aux petits détails des décors.
C'est moyens mais ca reste sympa quand même.

Côté Gameplay:
Ultra péchu, Killing Floor II est surtout jouissif en coopération, là ou le jeu tir tout son intérêt.
Car en solo, c'est un seul petit mode de jeu survie pas vraiment inintéressant mais rapidement rébarbatif.
A 6, c'est déjà plus intéressant, rien à dire.

La durée de vie:
Pas vraiment de durée de vie étant donné qu'il n'y a pas de mode solo.
Une fois les coéquipiers trouvé, il est agréable de pouvoir enchaîner les parties.
Ainsi, il est évident que nous pourront jouer indéfiniment rien que pour le fun du jeu.

Pour Conclure:
Killing Floor II est léger en terme de contenu et aurait mérité un mode solo dynamique.
Après, c'est sympa à plusieurs, j'ai vraiment kiffé combattre les zombies et autres boss tous plus horrible les uns que les autres.
Espérons juste que le prochain opus soit un petit peu plus poussé graphiquement.

Ma Note pour Killing Floor II: 13/20

10:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : killing floor 2, deep silver, zombies, horde | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook

27/11/2016

TEST PS4: Dishonored 2

1465791382-7892-jaquette-avant.jpg

Emily, fille de Corvo a été nommée il y a quelques année Imperatrice après la mort de Jessamine assassinée sous les yeux de Corvo.
Tout allait très bien lorsque de nouveaux évènements sont survenue avec l'assassinat de quelques personnes contre le règne de Emily qui amène des doutes sur la façon de diriger de Emily.
Alors que l'Impératrice et Corvo sont sur le point de rendre hommage à Jessamine pour l'anniversaire de sa mort, une visite inattendue du Duc de Serkonos accompagnée de Delilah.
Delilah serait à en croire les propos du Duc l’héritière du trône de Jessamine.
Corvo et Emily sont soudain obligé de ce battre contre ces ennemis inattendus.

Côté Graphismes:
Dishonored 2 est aussi réussi que son prédécesseur avec des graphismes magnifique, diversifié et dépaysant.
L'histoire commence à Dunwall, théatre des évènements du premier épisode mais nous prenons rapidement la mer pour arriver à Karnaca, lieu que Corvo connaît bien puisque il y a passé son enfance.
Le quartier de Karnaca est vaste sans aucun décors identique.
De plus, beaucoup de détails à contempler, le seul bémol est certainement le floutage utilisé pour la profondeur.
Quand aux personnage, ils sont soigné et les visages sont expressif et détaillé.

Côté Gameplay:
Comme c’était déjà le cas avec Dishonored premier du nom, le gameplay s'enrichit à mesure que nous avançons dans l'histoire.
Il est toujours possible de passé à travers les mailles du filet pour éviter de combattre les gardes de l'armée mais ce ne sera pas chose facile.
A vrai dire, je n'ai pas eu l'occasion de faire un seul niveau sans combattre.
Au rayon combat, nous avons toujours notre épée dans la main droite et la main gauche sert à tenir le coeur qui sert à trouver les artefacs, pistolet, arbalette...

La durée de vie:
Il y a de quoi faire, dans dishonored 2 avec des quartiers plutôt vaste et de nombreuses choses à trouver pour compléter l'aventurer il faudra compter une vingtaine d'heures.
Après tout dépendra du mode de difficulté choisi et de l'investissement pour trouver le maximum de choses dans les niveaux.
C'est plutôt correct comme dure de vie d'autant plus que vous aurez la possibilité de refaire l'histoire avec Emily ou Corvo suivant votre choix du départ.

Pour Conclure:
Dishonored 2 est une super aventure qui mérite amplement l'attente qu'il a suscité.
Pas de grosse originalité dans l'aventure puisque nous retrouvons à peu près les mêmes possibilités que dans le premier Dishonored, la grosse différence est le fait de pouvoir choisir entre Corvo et Emily, deux style différent.
Pour ma part, j'ai apprécié Dishonored 2 pour son univers magnifique, et ses différentes solution d’appréhender les niveaux.
A ne pas manquer.

Ma Note pour Dishonored 2: 17/20