16/09/2013

TEST: The Bureau XCOM Declassified

THE BUREAU PS3 FOB PEGI.jpg

En pleine guerre froide, les Etats-Unis sont attaqué par surprise par des envahisseurs non pas Russe mais venus de l'Espace.
Dans la panique, les pertes sont nombreuses et heureusement, William Carter est recruté par cette section secrète pour mener de nombreuses missions à travers la patrie de l'Oncle Sam.
Ne sachant pas vraiment où Carter mets les pieds, il sera rapidement briffé par son supérieure qui va lui faire découvrir le Bureau XCom et ainsi devenir un agent de terrain qui va avoir le privilège de tester de nombreuses armes venues des Aliens.
Mais Carter ne va pas agir seul, il va pouvoir constituer son équipe de spécialistes et chaque missions le verra accompagné de deux agents qui l'aideront dans le combat pour la paix et la liberté.

Côté Graphismes:
L'histoire ce déroulant dans les années 60, l'époque est parfaitement retranscris à l'écran avec des environnements qui rappels sans souci l'Amérique des Sixties.
Rien n'a été oublié pour représenter cette époque et cela tranche parfaitement avec les Aliens qui sont quand à eux beaucoup plus porté sur le futuriste et ce n'est pas sans rappeler les jeux Resistance pour certain décors.
Les personnages n'ont pas été oublié avec la parfaite panoplie du Gentleman, costume 3 pièces et évidement le chapeau qui va avec et qu'il est d'ailleurs possible de personnaliser un petit peu en changeant les couleurs de la garde robe.
Heureusement que les décors ont été imprégné de cette ambiance année 60 car les décors seraient un petit peu fade, c'est le seule reproche que je puisse apporter à la partie graphique car la réalisation est un petit peu daté mais sans grande conséquences.

Côté Gameplay:
Après un épisode Ennemy Unknown qui était beaucoup plus porté sur le tactique, The Bureau est avant tout porté sur l'action avec une dose de stratégie bien gérée.
Ainsi, si vous ne souhaitez pas utiliser vos compagnons de route, faites comme bon vous semble mais leurs compétences seront bien utile sur le terrain.
D'ailleurs pour donner des ordres, c'est relativement bien ficelé avec une roue détaillé par trois couleurs qui correspondent à chaque personnage.
C'est simple et accrocheur, 2K Marin a vraiment fais du bon boulot pour rendre The Bureau: XCom Declassified attrayant même pour les plus débutant.

La Durée de vie:
Rien à voir avec Ennemy Unknown, The Bureau: XCOM Declassified sera terminé en 12 heures mais possède tout de même une difficulté importante dès que l'on pousse le niveau d'un cran.
C'est assez correct car il y a pas un seule instant ou vous allez vous ennuyer.
Mis à part peut être sur les dialogues qui sont parfois barbant mais qui sont là non pas pour meubler mais pour que vous preniez vos décisions.
Ainsi, pendant vos passages à la base XCOM, vous aurez parfois de petite conversations avec le chef qui vous donnera ses ordres mais également de différentes personnes qui vous demanderont de leurs rendre service.

Pour Conclure:
The Bureau: XCOM Declassified n'est certes pas parfait mais en tout cas, il est rapidement grisant grâce à la pêche de ses combats contre les Aliens.
Les décors sont jolies, les musiques sont typiques de cette période et le scénario est assez convainquant bien que déjà vu à plusieurs reprises.
Quoi qu'il en soit, il est à conseiller à tout amateurs de jeux d'action et également pour les stratèges car même si le côté tactique est un petit peu en retrait, si vous ne souhaiter pas tirer sur tout ce qui bouge, vous pourrez toujours donner des ordres d'attaques à vos coéquipiers.
2K Marin signe là un bon jeu qui mérite amplement sa place dans votre console.

Ma Note pour The Bureau: XCom Declassified: 15/20

15/09/2013

TEST: Killzone Mercenary

jaquette-killzone-mercenary-playstation-vita-cover-avant-g-1375776328.jpg

L'armée de l'ISA et l'armée Helghast sont en plein combat et dans l'ombre, une organisation secrète s'enrichie en remplissant des contrats pour les deux camps.
Arran Danner est un mercenaire qui n'a pour seule objectif de s'enrichir mais pour cela, chaque contrat est potentiellement mortel.
Mais peu importe, Blackjack vous fournira de précieuses munitions ou tout simplement de quoi vous armer jusqu'au dents à condition d'avoir assez de dollars Vectan.
D'un chantier à un palais, vous allez en voir du pays et chaque recoin sera synonyme de danger et pour mener votre mission à bien, vous allez devoir garder les yeux bien ouverts.
La guerre n'est pas fini soldat!

Côté Graphismes:
C'est une claque graphique monumentale!
Là ou quelques grosses licences ce sont cassée les dents, Guerilla Cambridge à réussi à prouver que le FPS sur console portable était belle et bien possible et ce, d'une manière incroyable!
Les décors sont magnifique et malgré le fait que je sois fan de la série Killzone, je ne peux qu'admirer le travail des développeurs!
Il y a bien quelques environnements qui donne l'impression de déjà vue mais ce ne sont que des impressions.
Même en multijoueurs, les map sont splendide et permettent des affrontement acharné même si j'aurais aimé plus de combattant sur une map car à 8 (4VS4) on ce cherche parfois un petit peux car il y a des cartes avec d'énormes possibilités de ce cacher.
Des affrontement à 5VS5 aurait été idéal.
Rien à dire, c'est beau!

Côté Gameplay:
Pour ceux qui ont déjà joué à l'un des épisodes Killzone sur PS2 ou PS3, vous ne serez pas dépaysé par le gameplay qui est ultra dynamique.
L'apport de l'écran tactile offre de nouvelles possibilités comme par exemple pour les combats au corps à corps, la sélection de grenades ou le changement d'armes laissant les touches à d'autres fonctions.
Rien n'a été oublié pour offrir une expérience de jeu géniallisime.
L'IA n'est pas prise en défaut non-plus avec des ennemis qui ce cachent, essaye de vous contourner, attaques en groupes et ce mettent à couvert pour vous canarder.
C'est agréable de jouer et d'avoir un vrai challenge à relever.
Pour informations, j'ai choisi le mode de difficulté Vétéran d'entrée.

La durée de vie:
Le solo ce boucle en 5 heures, ce qui paraît light mais une fois terminé la campagne, un tout autre challenge vous attends avec trois nouvelles approches du solo, Infiltration, démolition et Précision.
Pour chacun des trois défis, vous devrez refaire les missions avec des armes imposé et surtout des objectifs à remplir.
Une nouvelle manière d'aborder le jeu et ainsi gagner une durée de vie plus conséquente.
Le multijoueur propose quand à lui trois type de combat à plusieurs: Mercenaire, Guerilla et Zone de Guerre.
Le but étant pour les deux premiers de tuer des autres joueurs (Match à mort individuel ou en équipe), quand à zone de guerre, des objectif seront à accomplir tout au long de la partie.
Vous pourrez ainsi gagner de l'argent qui vous servira à acheter des armes mais également à accéder à une carte de Bravoure plus importante.

Pour Conclure:
J'attendais Killzone Mercenary avec impatience et c'est la claque à laquel je m'attendais, aussi bien en solo qu'en multi.
Les FPS présentent souvent un solo fade et sans reliefs mais Killzone fourni à chaque fois un scénario intéressant, là, dans le cas de Mercenary, nous avons le cul entre deux chaises puisque vous n'êtes n'y avec l'ISA, ni du côté Helghast.
Votre but sera donc de vous enrichir du combat des deux camps.
Belle approche qui offre un nouveau aspect de Killzone.
L'essayer, c'est l'adopter, aucune hésitation à avoir Killzone est une bombe!

Ma Note pour Killzone Mercenary: 18/20

09/09/2013

TEST: Final Fantasy XIV: A Realm Reborn

jaquette-final-fantasy-xiv-a-realm-reborn-playstation-3-ps3-cover-avant-g-1377262511.jpg

Test réalisé par Moi-Machin78.

Bienvenu sur les terres d'Eorzia, contrée formé de trois ville peuplé de bestioles prêtes à vous mettre la misère.
Lorsque vous aurez créé votre héros ou héroïne et choisi sa race et ses compétences, vous voici propulsé dans l'une des trois villes pour partir à l'aventure.
En chemin, vous rencontrerez d'autres personnages prêt à vous prêter mains fortes lors d'évènements et ainsi coopérer pour gagner de nombreux points XP qui aideront grandement votre héros à s'enhardir pour aller conquérir des Donjons.
Mais le chemin sera long sur les terres d'Eorzia et les défaites seront comme chaque victoire de grands moment.

Côté Graphismes:
Habitué à jouer à des MMO sur PC, je regardais d'un sale oeil l'arrivée d'un tel jeu sur console de salon et au final, il s'avère que cette version PlayStation 3 est des plus jolie.
Les environnements sont très réussi avec des détails magnifique et surtout des textures superbes.
Mais ce qui m'a certainement le plus bluffé pour un MMO sur Console, c'est certainement les animations de personnages très fluide!
Les différents endroits visités sont également très réussi et l'impression de tourner en ronds n'est vraiment pas le cas avec une multitude de décors et une carte très vaste.
Rien à dire Square Enix à réalisé un vrai reboot pour un jeu à la base très pourri.

Côté Gameplay:
Autre point intéressant, la manette est parfaitement exploité mais ayant l'habitude de jouer à la Console pour les jeux de voitures, j'ai quand eu du mal à m’habituer car le clavier m'a manqué les premières heures, le temps de me familiariser aux commandes.
Mais une fois fait, c'est vraiment bluffant car au final, une fois paramétré votre manette, toutes les commandes sont parfaitement répartie pour une aisance remarquable.
Il y a quand même un mais, j'ai vraiment eut du mal à lancer la première partie et heureusement, il y a des Forum sympathique pour expliquer la façon de lancer la première partie car ce n'était pas évident.
De plus, les premiers jours étaient limite catastrophique pour pouvoirs ce connecter à cause d'une faiblesse au niveau des serveurs.
Heureusement, le problème est réglé et désormais c'est une réjouissance sans nom.

La Durée de vie:
Tout dépendra de votre investissement, un MMO de cette envergure n'a pas vraiment de durée de vie, chacun son rythme et surtout chacun son porte-monnaie.
Car Final Fantasy XIV: A Realm Reborn passe par la case abonnement mensuel donc les plus jeune auront peut être du mal à financer leurs abonnements.
Sinon, il y a de quoi faire sans aucun doute!

Pour Conclure:
Je pense qu'il aurait été préférable de vendre le jeu un petit peu plus cher (étonnant de dire çà!!!) et fournir aux joueurs 6 mois d'abonnement inclu car je suis persuadé que bon nombres vont déserter dans les premiers mois.
Pour ma part, je vais continuer ma route sur les terres d'Eorzia avec acharnement histoire de monter mon héros à son level maximum.
Une belle surprise en tout cas car sans offir beaucoup de nouveauté dans le genre MMO, Final Fantasy XIV: A Realm Reborn est un fabuleux voyage.
Les amateurs du genre seront ravis et ceux qui ne sont pas habtué devraient sauter le pas car tout est relativement bien expliqué au début de la quête donc pas d'inquiêtude à avoir.

Ma Note Pour Final Fantasy: A Realm Reborn: 17/20

08/09/2013

TEST: Saints Row IV

jaquette-saints-row-iv-playstation-3-ps3-cover-avant-g-1369986886.jpg

Les Saints sont de retour et cette fois, ils ont pris le pouvoirs aux Etats-Unis et règne presque d'une mains de fer.
Mais la colère gronde et les voici avec un peuple presque à dos.
Pourtant, une invasion extraterrestre va bouleverser la donne et le Président of the USA va partir en guerre contre toute un peuple appelé Zin
Grâce à de supers-pouvoirs bienvenu pour venir à bout de cet empire, le Président pourra combattre avec plus d'aisance l'armée Zin, sauver son peuple et récupérer son pays à feu et à sang.
Bon retour à Steelport!

Côté Graphismes:
Saints Row IV connait un succès commerciale remarquable mais ce n'est certainement pas pour ses qualités graphiques qui sont assez moyens avec un manque de détails dans les graphismes et quelques bug qui finissent par faire freezer la console.
Heureusement, grâce à la dernière mise à jour, les freezes sont moins important.
Bon, le manque de détails dans les graphismes est surtout visible dans la simulation de Steelport mais une fois dans certaines séquences qui ce déroulent dans le passé, c'est un petit peu plus jolie avec une vrai sensation d'être dans les années 50/60.
Une attention toute particulière a été apporté à notre Président avec une personnalisation une fois de plus remarquable mais aussi aux aliens qui ont vraiment de bonne têtes de monstres venu de nul part.
Des graphismes moyens comme son prédécesseur.

Côté Gameplay:
Là est tout l'attrait de Saints Row IV avec un gameplay ultra fun et addictif.
La bonne idée d'ajouter des supers-pouvoirs à notre héros change complètement l'approche, fini le vol de voiture pour aller d'un point à un autre, désormais notre héros cours à la manière de Flash Gordon et saute par dessus les petits immeuble qu'il peut également gravir en sautant sur la façade.
L'armement a aussi changé puisque désormais nous pouvons également utiliser les armes extraterrestre ainsi que de nouvelles armes complètement déjanté.
Comme lors du précédent épisode, les missions secondaire sont nombreuses et assez varié mais fini les combats de gang, désormais, ce sont les extraterrestres que l'ont devra combattre pour récupérer le territoire.
Pas de doutes, Volition a une nouvelle fois mis le paquet pour offrir aux joueurs un jeu sacrément fun!

La durée de vie:
J'ai terminé la campagne principale en 10 heures ce qui est assez correct en sachant que les missions secondaires sont nombreuses et variés.
Il faudra donc tabler sur à peu près autant d'heures pour boucler le reste des missions ce qui nous donnes environ 20 heures de jeu voir plus.
Aucune fausse notes, vous avez de quoi passer un bon moment!

Pour Conclure:
Saints Row IV était attendu et réussi son entrée avec une bonne dose de fun, fidèle à ses précédents opus.
Les références du monde des jeux vidéo sont nombreuses: Mass Effect, Call Of Duty, Street Of Rage...
Des petits clin d'oeil sympathiques et d'excellente bonne idées sont exploité comme par exemple la mission principale en scrolling horizontale reprenant le bon vieux système de Street Of Rage que j'ai connu sur Megadrive il y a de cela 20 ans.
Pas déçu hormis peut être sur les graphismes un petit peu moyen mais qui n’entache aucunement ce que l'on attends d'un Saints Row à savoir de l'humour gras et une prise en main rapide.
Nous aurons certainement le droit à un 5ème opus et j'aimerais bien que Volition mettent cette fois le paquet pour améliorer les graphismes et limiter les bugs un petit peu trop fréquent.

Ma Note pour Saints Row IV: 14.5/20

01/09/2013

TEST: Killer is Dead

jaquette-killer-is-dead-playstation-3-ps3-cover-avant-g-1372325572.jpg

Dans un future alternatif où la lune a été colonisée et que quelques privilégiés habitent, Mondo Zappa combat les injustices avec son Katana et son bras bionique lorsque le contrat lui convient.
Évoluant dans différents environnements, Mondo va devoir s'armer de volonté pour vaincre de terribles démons Robotique mais également vaincre ses propres démons grâce à ses techniques de combat et son staff' toujours prêt à lui prêter mains fortes sur les plus dangereuses missions.
Et quoi de mieux qu'un petit remontant après une dure journée de découpage de chair en compagnie d'une jolie donzelle?
Bienvenue dans le monde de Mondo Zappa, assassin hors paire!

Côté Graphismes:
Difficile à décrire la direction artistique mais c'est un habile mélange de Cel-Shadding et de jeu de lumière!
La première fois que j'avais joué à un jeu avec ce type de graphismes, c'était El Shaddai il y a déjà quelques mois mais Killer is Dead n'est pas encore du même type, c'est plus les ombres qui sont d'avantage mises en avant.
J'adhère totalement, c'est vraiment un régale!
Bon en même temps, c'est du Suda 51 donc la direction artistique est forcément un petit peu "barré"!
Les ennemis sont parfois énormes et surtout assez originaux, surtout les Boss car les ennemis que nous rencontrons dans les niveaux reste souvent du même type, le bestiaire n'est pas très fournis et le plus agréable restera donc les Boss.

Côté Gameplay:
La jouabilité repose sur une prise en mains relativement connut même en ayant comme pour Killer is Dead deux armes bien différentes.
C'est donc une relative prise en mains rapide avec des boutons d'attaques pour le Katana avec différents Combo déverrouillage grâce à des gemmes récoltés au fil des combats, ensuite les gâchettes L1/R1 servent respectivement à viser et à tirer.
Donc les habitué des jeux de tirs à la troisième personne ne seront pas dépaysé et les joueurs de jeu d'action du type Devil May Cry ne seront pas perdu non plus.
C'est simple te relativement efficace.
On en demande pas plus pour convaincre, j'ai quand même été étonné de ne pas pouvoir faire de sauts pour passer certains obstacles mais bon, les niveaux sont assez linéaire donc aucun soucis à ce niveau là.

La Durée de Vie:
C'est bien là le souci, il ne vous faudra pas plus de 6 heures pour boucler le scénario principale.
A cela s'ajoute quand même les missions secondaires ( ah les missions Gigolo!) qui vous prendront quelques heures supplémentaires.
De toute façon, si vous souhaitez acheter tous les combos et autres améliorations, il faudra refaire le jeu au moins une fois de plus.
Et si le challenge vous plaît, vous pourrez toujours tenter de gagner la meilleure note possible pour figurer dans le classement mondiale.

Pour Conclure:
Malgré sa durée de vie un petit peu limite, Killer is Dead est la bonne surprise que j'attendais avec une direction artistique remarquable.
Il manque quelques spécimen dans le bestiaire mais le plaisirs est bien présent à découper les adversaires présent.
SUDA 51 est le spécialiste des jeux aux atmosphères loufoques après un Lollipop Chainsaw remarquable.
A ne pas manquer en tout cas!

Ma Note pour Killer is Dead: 15/20