12/04/2013

TEST: Ninja Gaiden 3: Razor's Edge

ninja gaiden 3.jpg

Réputé pour sa difficulté et son exigence, la série Ninja Gaiden avait connus un rebondissement l'année dernière avec un troisième épisode beaucoup plus orienté grand public qui n'avait pas spécialement plût aux fan de la première heure.
L'arrivée il y a quelques mois de la Wii U avait fais renaître ce troisième épisode dans une nouvelle version baptisé Razor's Edge qui contenait de nouvelles armes et surtout un gameplay beaucoup plus dans le tempérament des anciens épisodes.
Et bien ceux qui étaient déçu de la précédente version vont apprécier de retrouver Ryu Hayabusa dans une version plus corsé avec de nouvelles armes et ninpo.

Graphiquement, le jeu reste identique à la version de l'année dernière, graphiquement moyen et manquant cruellement de détails dans les texture qui reste baveuse lorsque les décors sont confiné.
Mais bon, malgré tout c'est du Ninja Gaiden et rare sont les fois ou vous aurez le temps d'admirer le paysage car l'esprit bourrin est toujours là avec des multitude d'ennemis à combattre avant de passer à une zone suivante.
La richesse des environnement vient plutôt de la diversité allant de grandes ville comme Londres en passant par des endroits désertique.

Le gameplay gagne en richesse avec Razor's Edge grâce à l'ajout des armes en plus du Katana de Ryu ainsi que les Ninpos, les attaques dévastatrice de pouvoirs.
Et rien que cela, c'est une nouvelle découverte de Ninja Gaiden 3 qui est enfin (ou presque) un vrai Ninja Gaiden, le jeu est ainsi moins nonchalant.
A cela s'ajoute l'arrivée de nouveau personnages jouable ce qui accentu la durée de vie et qui ajoute un petit peu de piments au passage.
Justement la durée de vie est des plus correct grâce comme je le dit plus haut avec l'arrivée des nouveaux personnages mais également grâce au contenu qui est assez conséquent avec des modes défis, le multi ainsi que les  niveaux de difficultés qui offre un vrai challenge.

Concernant le multijoueur, il ne m'a pas plus convaincu que cela, certainement dû à un manque de mode, les combats à 4 contre 4 sont sympa mais pas très longtemps car au final, c'est un petit peu lassant.

Quoi qu'il en soit, pour environ 30€, les fan de Ninja Gaiden seront en mesure de tester leurs patience avec cette fois un vrai challenge à relever mais au moins la série retrouve une part de son identité.

Ma Note Pour Ninja Gaiden 3: Razor's Edge: 14/20

08/04/2013

TEST: Sly Cooper: Voleurs à Travers le Temps

jaquette-sly-cooper-voleurs-a-travers-le-temps-playstation-3-ps3-cover-avant-g-1363789114.jpg

Amis gentleman cambrioleur, Sly Cooper est de retour avec sa bande composé de Bentley et Murray.
Les amis de toujours reparte à l'aventure malgré le fait que Sly Cooper est désormais rangé de tout ce qui est illégale avec sa plus vieille ennemis Carmelita Fox, vivant une idylle loin de ses amis.
Lorsque Bentley débarque de nouveau dans la vie de Sly, c'est le retour du trio infernal, même Murray qui est désormais le meilleur pilote de Destruction Derby est de retour pour aider ses copains.
Les recherche de Bentley ne se sont jamais arrêté et depuis quelques temps, le Volus Ratonus, le livre de la famille de Sly Cooper s'efface tout seul et après de minutieuses recherches, Bentley entraîne ses amis dans un voyage à travers le temps...

Côté Graphismes:
Il aura réussi à nous faire patienter ce second épisode de Sly Cooper, d'ailleurs, c'est le premier vrai épisode sur PS3!
Graphiquement, il est dans l'esprit de ses prédécesseurs, très coloré avec des environnements diversifié.
Les personnages que l'ont a connus sur PS2 et ensuite en version HD sur PS3 s'affiche de très belle manière avec une modélisation impeccable.
Par contre si les décors sont très colorés et diversifiés, ils seraient par contre perfectibles car de prêt, les textures restent simpliste.
Mais rien de bien méchant, le plaisirs de retrouver le trio de cambrioleurs reste intact.

Côté Gameplay:
Comme pour les trois premiers épisodes, Sly Cooper: voleurs à travers le temps mélange avec brio les genres.
Vous aurez de la plateforme avec de nombreuses parties de décors à gravir, mais aussi de l'action avec de la bagarre contre les différents ennemis ou alors à la furtif en évitant les patrouilles, le décors sera alors votre meilleurs allié.
Comme par le passé, l'aventure permet de découvrir trois gameplay bien différents grâce aux trois personnages qui ont chacun leurs possibilités, Murray, c'est la force pure, Bentley est le plus limité avec son fauteuil roulant mais il peut survoler certain obstacles et servira d'avantage à pirater, ce faufilant en faisant sauter des portes ou en plaçant des bombes dans les poches des adversaires.
Et enfin le héros Sly est le plus polyvalent avec des facultés à s'adapter à l'environnement plus poussé et des talents de bastonneurs.
Chaque personnages à son rôle dans l'histoire ce qui fais du gameplay une vrai réjouissance!

La durée de vie:
L'histoire devrait vous prendre environ 10 heures pour la boucler, si vous essayez de récupérer tous les objets dispercé à savoir les masques de Sly, les trésors, les bouteilles et coffres, comptez quelques heures supplémentaires.
Pour un jeu de ce type à l'heure actuelle c'est plutôt correct.

Pour conclure:
Sly Cooper: Voleurs à travers le temps fais un retour qui rappel de bons souvenirs avec des personnages qui ont fais les beaux jours de la PlayStation 2.
C'est vrai qu'il aura réussi à mettre le doute sur l'avenir de la licence car ont attendaient Sly et ses copains depuis déjà quelques années sur PlayStation 3 et la réédition HD des trois premiers volet n'était au finale qu'un doux souvenirs.
Espéront tout de même qu'il ne mette pas autant de temps la prochaine fois pour revenir nous proposer de nouvelles aventures.
Pour rappel, en achetant la version PS3, la version téléchargeable PS Vita vous sera offerte, vous allez donc pouvoir commencer votre partie sur PS3 et la continuer sur Ps Vita grâce à la version Cross-Save.
C'est l'un des gros plus à souligner.
Un retour appréciable en tout cas!

Ma Note Pour Sly Cooper: Voleurs à travers le Temps: 16/20

03/04/2013

TEST: Bioshock Infinite

jaquette-bioshock-infinite-playstation-3-ps3-cover-avant-g-1364207330.jpg

Booker DeWitt est un ancien Detective, depuis quelques temps il n'est plus que l'ombre de lui-même, acculé par des dettes de jeux qui vont lui coûter cher si il ne fais rien pour les rembourser.
Afin de régler celle-ci, Booker doit aller chercher Elizabeth, une jeune femme retenue à Columbia, une citée dans les nuages.
Après un petit voyage dans une barque accompagné par un couple étrange, Booker est laissé au pied d'un phare en pleine mer.
Après avoir gravis les marches, booker ouvre la porte du phare et s'installe dans un siège qui va le propulser jusqu'à Columbia.
Lors de son arrivée, il va subir son baptème par un curieux prêtre de Columbia pour expier ses pêchers et va découvrir une superbe ville mais va connaître quelques déconvenues...

Côté Graphismes:
Après deux épisodes Bioshock qui ce situaient dans les profondeurs de la citée sous-marine de Rapture où la lumière manquaient, Bioshock Infinite nous propulse par delà les nuages à Columbia, dans une ville où la lumière ne manque pas!
Nous passons ainsi du tout au tout et franchement le défi est relevé de belle manière avec des effets de lumières saisissant, des bâtiments gigantesque et un style architecturale qui colle parfaitement à l'époque ou ce situe l'histoire ( début 1900).
De nombreux bâtiments peuvent être "visité" pour trouver des petits bonus et autres objet à collecter et quelques fois, les décors sont par contre un petit peu vide.
La ville étant très animée, vous aller rencontrer les habitants qui ont étés particulièrement bien modélisé et affiche des visages expressif et ce fondent parfaitement dans le décors de Columbia.
Malgré le manque d'inspiration des décors intérieure, Columbia est resplandissante!

Côté Gameplay:
Presque typique des FPS, le gameplay est agrémenté comme Bioshock et Bioshock 2 d'un pouvoirs dans la seconde main qui pourra être modifié grâce aux toniques que vous débloquerez.
Mais outre le côté tir et pouvoirs, Booker est également doté d'un crochet qui fera bien du mal à vos adversaire en combat rapproché mais qui servira également pour utiliser les rames de métro aérien.
En farfouillant partout, vous trouverez de l'argent qui vous servira pour améliorer vos toniques ou acheter de quoi remplir votre jauge de santé ou de pouvoirs.
C'est toujours aussi grisant de combattre les ennemis à l'aide des toniques et des armes à feu, surtout que le premier tonique que vous obtiendrez vous permettra de posséder votre ennemis ce qui pourra parfois vous aider lorsque vous êtes assaillis, l'ennemi ce retournant contre ses collègues.
Addictif comme toujours.

La durée de vie:
Pas de multijoueur et honnêtement je suis bien content!
Content car au lieu d'avoir droit à une histoire de 6/7 heures, comptez plus du double.
Car la ville étant conséquente, vous allez pouvoirs farfouiller partout pour en découvrir tous les secrets.
Donc la durée de vie est assez intéressante avec environ 15 heures si vous prenez le temps de chercher tous les éléments disséminés.

Pour Conclure:
J'en attendais beaucoup de Bioshock Infinite après avoir visionner pas mal de vidéo lors de la campagne de promo et découvrir un nouveau environnement est parfois destabilisant laissant un goût amer mais dans le cas de Bioshock Infinite, c'est un renouveau.
Quelques petites choses rappels le premier épisode comme l'arrivée en barque, sorte de petit clin d'oeil à son digne ancêtre, ne reniant pas au passage ses origines.
Irrationnal Games nous offre une belle expérience avec des personnages attachant mais concernant les ennemis, il n'y a pas autant de folie que lors des premiers Bioshock.
Une superbe expérience pour un jeu qui mérite vraiment d'être découvert, de plus si vous n'avez jamais joué à un jeu Bioshock, vous ne serez pas perdu sachant que les univers sont totalement différents et que l'histoire n'a rien à voir.

Ma Note Pour Bioshock Infinite: 19/20

TEST: Dead Or Alive 5+

jaquette-dead-or-alive-5-plus-playstation-vita-cover-avant-g-1363603286.jpg

Il y a quelques mois de cela, Dead Or Alive faisait un retour fracassant sur PS3 et la version Vita était attendu avec impatience par les nombreux fan de jeux de combat où les formes généreuses sont mises en avant.
Après un passage sur PSP il y a quelques années dans une itération qui ne m'avait pas marqué plus que cela, le portage du dernier volet sorti sur PS3 débarque avec quelques ajouts sympathiques.
Vous pouvez d'ailleurs relire le test paru il y a quelques mois ICI.
Sans reprendre le test dans sa globalité, je parlerez évidemment des nouveautés qui mettent en avant les fonctionnalités tactile de la PS Vita avec des combats en vue subjective, donnant un gros plan sympathique sur la plastique généreuse des combattantes.
Rien de compliqué pour combattre, en "tripotant" l'écran de la Vita, vous réaliserez des attaques.
après plusieurs face à face, les différentes attaques seront plus facilement réalisable car les premiers instants sont assez déconcertant avec des attaques pas évidente à placer malgré que les déplacement sont géré par la console.
L'idée est bonne, même si une tel option aurait dû être plus approfondie pour apporter encore plus à travers un vrai mode de jeu comme par exemple un mode arcade.
L'autre grande nouveautée, c'est le Cross Play qui vous permet de mener des combats contre des joueurs PS3 en ligne, ce qui permet de trouver plus facilment d'autres combattants.
Pas une révolution mais une fonction qui a son importance, ainsi vous allez pouvoirs jouer avec vos amis même si il ne possède pas de Vita.
Au final, ce portage apporte quelques nouveautées qui agrémente la durée de vie mis j'aurais préféré que le mode Histoire soit un petit peu plus long dans cette version Vita car comme pour sa grande soeur, il ne vous faudra pas plus de 5/6 heures pour boucler le scénario.
Un petit peu dommage mais comme pour la version Vita, il y a de quoi faire dans les différents mode annexe même si le mode entraînement est long et rébarbatif à  la longue.

Ma Note pour Dead Or Alive 5+: 17.5/20

01/04/2013

TEST: Jeremy MCGRATH'S Offroad

jeremy.jpg

Jeremy McGrath est l'un des plus grands pilote de Motocross de l'histoire et le voir débarquer dans un bolide tout terrain n'aurait rien d'étonnant.
Du hors piste, vous allez en faire sur pas moins de 5 circuits ou chaque virage sera un défi...ou presque.
La diversité est au rendez-vous avec des paysages allant du désert, jungle ou enneigé.
2XL Games a réalisé des prouesses graphiques avec des environnements très détaillés et offrant une profondeur importante.
Bien que le jeu n'offre pas une grande quantité de circuits, rien que ceux présents vous en mettent plein la vue quand des jeux à 70 euros ne vous offres pas la qualité de ce titre qui ne vous coûtera qu'une poignée d'euros.
Quelques petites idées ont été tenté comme l'ajout d'obstacles pendant les courses mais qui est honnêtement que sous exploité, ce qui est dommage car certain type de courses doivent comporter des obstacles et au final, un petit passage dans la course sera un poil dangereux.
Un aspect graphique convainquant mais un gameplay perfectible...
Jeremy McGrath's Offroad ne vous demandera pas des talents de pilotes, le jeu étant typé Arcade à 100%, il vous suffira de pousser la vitesse de votre bolide à fond pour remporter avec une aisance déconcertante l'ensemble des courses.
L'IA est totalement à la ramasse et offre une piètre résistance, ainsi vous infligerez très souvent une avance de plusieurs dizaine de secondes à vos rivaux sur une course classique de 3 tours en commençant dernier sur la ligne de départ.
C'est le gros point faible du jeu.
Le contenu est assez complet avec un mode carrière qui comporte de nombreuses courses dans 5 catégories de véhicules: buggy, 4x4, rallye, camionette et une sorte de buggy amélioré.
Les points XP gagné lors des courses vous permettront d'améliorer votre véhicules pour des performances encore meilleures.
En l'espace de 2h30, j'avais débloqué 90% des trophées qui sont quasiment uniquement débloquable en mode carrière, les deux autres pourront être débloqués en mode arcade ou en jouant beaucoup.
Pour conclure, Jeremy McGrath's Offroad reste une bonne surprise avec des graphismes superbes et des environnements riche et varié pour quelques euros!
La réalisation aurait gagné à être optimisé et surtout en offrant une IA plus mordante car en enchaînant les courses, l'ennuie ce fait vite ressentir.
Mais pour quelques euros pourquoi s'en privé pour une partie de temps en temps?

Ma Note pour Jeremy McGrath's Offroad: 11/20