05/07/2011

TEST: Duke Nukem Forever

duke-nukem-forever-jaquette-ps3-210111-01_0902FD037000058583.png

Inutile de préciser que Duke s'est laissé désirer pendant plus de 10 ans, maintenant qu'il est là, on ne va pas s'en plaindre tout de même!
Duke, le grand balaise qui fais craquer les minettes surf sur sa notoriété après avoir botté le cul des Aliens la dernière fois mais voilà, tout à une fin, les Aliens sont de retour et compte bien venir titiller l'homme au lunettes noires amateur de bimbos siliconné.
Alors n'oubliez pas de recharger vos flingue pour faire sauter la cervelle à quelques vilains Alien prêt à vouloir marcher sur vos plates bandes.

Côté Graphismes:
A première vu, le titre présente un retard de quelques années sur certain titres mais contrairement à la plupart des opinions négative que j'ai lu, je n'enterrerai pas Duke Nukem Forever pour la simple et bonne raison que certain titre sont bien en dessous de celui-ci!
L'aspect graphique général n'est pas mal, le gros point faible réside dans la qualité de réalisation des personnages qui est assez fade, les graphismes et les environnements ne sont pas si mal que çà, les aliens sont bien vilain comme il faut, et les effets pyrotechniques sont correct, j'aime faire de superbes explosions en envoyant une bonbonne de gaz à la tronche des aliens!

Côté Gameplay:
Le gameplay est un régal, bien bourrin comme il faut, rare sont les moments d'accalmie, vous avez toujours un alien pour venir vous cassez les pieds, toujours obligé de lui botter le cul!
Les possibilitées sont multiples et bienvenue, tout ou presque tous les objets qui sont par terre sont une arme, ainsi une statuette pourra facilement servir pour tuer un alien ou ouvrir une grille de ventilation pour former un passage.
Petit bémol, parfois, on ce perdrait presque dans certain endroit, pas de GPS pour ce repèrer, pas trop handicapant malgré tout.

La durée de vie:
Conséquente par rapport à ce que l'on nous propose actuellement en FPS, une bonne douzaine d'heures sera nécessaire pour boucler la campagne solo.
Le multi quand à lui ne vous permettra quand à lui pas vraiment des centaines d'heures de jeux, les modes proposé n'étant que très classiques.
Une durée de vie qui est rappelons le généreuse en solo par les temps qui court, ont ne va pas s'en plaindre.

Pour Conclure, Duke Nukem Forever signe le retour d'une licence qui a connut des péripéties digne des plus grandes sitcom américaine et finalement contre toute attente, est là et bien là!
Rien que par la légende de Duke, il mérite sa place sur une étagère de jeu, le scénario n'est pas des plus évolué mais vous permettra de vous défoulez sauvagement sur les Aliens qui ne mérite que çà!
Les bonnes idées sont là aussi avec des passages en véhicules intéressant qui seront réhitéré et pourquoi pas amélioré dans le prochain épisode qui corrigera certainement pas mal d'erreur (si prochain épisode il y a)
Personnellement, j'ai bien apprécié Duke Nukem Forever, par son ambiance si particulière, sans prise de tête et en plus avec quelques clin d'oeil comme un casque de Halo, un "casse toi pov' con" pas piqué des vers en début de jeu^^, quelques clins d'oeil qui ce maris parfaitement avec l'ambiance général du jeu.

Ma Note pour Duke Nukem Forever: 15/20

24/06/2011

TEST: RED JOHNSON'S CHRONICLES

LOGOv05-redjohnson-ssfond.jpg

Un crime a eu lieu à Metropolis et la police comme à son habitude dans cette ville est débordé (laissez moi rire!).
Elle demande donc à Red Johnson's, un detective privé d'enquêter et de résoudre cette enquête.
Un homme a donc été tué par balle sur le pont Drownedmen's Bridge et la recherche d'indices, témoignages et preuves seront primordiale pour pouvoir mener à bien votre enquête et découvrir ainsi qui a tué l'homme le plus détesté de Metropolis.
Saul votre Indic' vous donnera parfois un petit coup de mains pour résoudre des énigmes bien tordus.

Côté Graphismes:
Red Johnson's Chronicles est fait de plusieurs style graphique, le jeu étant un point & click, les phases de jeux normale sont fixe ce qui destabilise au tout début, vous n'avez qu'à déplacer un curseur qui vous montre si vous devez jeter un oeil ou si il y a une action a mené.
Les cinématique sont quand à elle en noir et blanc du plus belle effetavec des personnages superbement réalisé.
L'ensemble graphique est superbe, rien à dire, les endroits de la ville que l'on visites sont magnifiquement soignés.

Côté Gameplay:
Les jeux Point&Click sur console HD sont rare et Red Johnson's Chronicles est de ceux qui ont le mérite de s'incrusté avec une jouabilité relativement bien ficellé.
Les casses têtes sont parfois bien tordus avec une obligation à réfléchir bien que ce soit toujours (ou presque) du ressort de la logique.
Comme par exemple pour la caméra de surveillance ou il faut déplacer des pièces pour remettre en ordre le circuit imprimé, des mécanisme de jeu parfaitement huilé qui colle parfaitement à l'idée que lon ce fait du jeu.
Par moment, des qte devront être réalisé, soit pour combattre contre un ennemis potentiel ou pour une action anodine, ceux-ci s'intègrent parfaitement au jeu.

La durée de vie:
Je doit avoué que je m'attendais à moins de durée de vie, Red Johnson's Chronicles étant en téléchargement sur le PlayStation Store à moins de 10€, vous en aurez pour votre argent.
Entre 6 et 8 heures pour le terminer et après tout dépend de votre archarnement à essayer de le terminer à 100% pour glaner les précieux trophées qui demanderons quelques prises de têtes.

Pour Conclure:
Lexis Numérique nous apporte un jeu franchement intéressant, non pas par le scénario qui est conventionnel et ne recelle pas de surprise pour l'intrigue mais la mécanique de jeu est intéressante et bien ficellé, les graphismes et cinématique sont superbe, rien à redire.
J'ai adoré la rencontre avec le SDF sous le pont, Saul qui me fait pensé à Huggy de Starsky et Hutch.
Si vous ne l'avez pas encore acheté et que vous hésitez encore, je vous déconseille de passer à côté, c'est une valeur sûre et de plus, les jeux Point & click sur PS3 sont plutôt rare et chance un peu des jeux traditionnel.

Ma Note pour Red Johnson's Chronicles: 16/20

 

 

20/06/2011

TEST: Red Faction Armageddon

jaquette-red-faction-armageddon-playstation-3-ps3-cover-avant-g-1307113959.jpg

Malgré tous ses efforts pour stopper ce fou furieux, Darius Mason a échouer et ce retrouvera rapidemment en compagnie de bestiole peu ragoûtante qu'il vous faudra anéantir, bestiole qui menace la population des galeries.
Pour ce faire, votre arsenal d'arme sera bien utile à commencer par le fusil-magnétique qui vous permettra un panel de destruction important et l'éradication de ces bestiole sera un jeu d'enfant...

Côté Graphismes:
Assez sombres, le jeu ce passant sous terre, on a presque l'impression de ce retrouver dans un survival horror à la dead space ou dans certain passage de Resident Evil!
On retrouve avec plaisirs les mêmes possibilitées de destruction du décors que dans l'épisode précédent Guerilla sorti il y a maintenant 2 ans, et peu importe si vous avez détruit une partie du décors qui vous bloque maintenant, la NanoForge reconstruira celui-ci avec aisance.
Bon mise à part les possibilités, Red Faction Armageddon est tout de même bien différent de son aîné qui était assez ouvert, Armageddon est quand à lui très sombre et des plus linéaire mais les couloirs de Mars propose des espace assez grands pour abriter des batîments que l'on prendra un malin plaisirs à détruire avec la plus fidèle des armes de Red Faction: le marteau.
Des phases en véhicules sont également de la partie et l'aspect est franchement très réussi.

Côté Gameplay:
J'avais franchement bien aimé le dernier épisode Guerilla qui bénéficiait d'une Map ouverte gigantesque ou les possibilités de destruction était grisante, cette épisode Armageddon est lui aussi réussi malgré son manque de liberté mais la destruction étant toujours aussi complète fais remonté mon attirance vers ce titre qui vous permet de vous défoulez comme il ce doit.
Du shoot à l'état pur avec une prise en main rapide, le must pour ce type de jeu qui permet de rapidement entré en action sans tatillonner pendant 2 heures.

La durée de vie:
Le solo ne vous prendra pas plus d'une petite dizaine d'heures et le multi-joueurs est quelques peut limité avec seulement deux modes de jeux.
Par contre, le multi-joueurs permet de s'éclater avec les copains en local (hors ligne) ce qui permet de passer de bon moment pour ce défouler.

Pour Conclure:
Fan de l'épisode Guerilla qui m'avait conquis par sa map ouverte, je suis un peu resté sur ma faim certainement dû à un chemin trop linéaire.
Ce que j'ai par contre apprécié, c'est l'armement et comme pour beaucoup, le fusil magnétique qui permet pas mal de combinaisons.
L'aspect graphique est pour sa part un peu sombre mais colle parfaitement à l'endroit ou vous évoluez.
J'espère que le prochain Red Faction si prochain Red Faction il y a, permettra plus de liberté comme par le passé.
Malgré ces quelques critiques, Red Faction Armageddon est un excellent shoot qui permet de ce défoulé avec plaisirs.

Ma Note pour Red Faction Guerilla: 14.5/20

22:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : red faction, armageddon, thq, volition, darius mason, mars, teraformeur | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook

11/06/2011

TEST: L.A NOIRE

LAN_PS3_FOB_Web_FRE.jpg
Cole Phelps est loin d'être un arriviste, l'expérience du terrain s'est acquis lors de ses exploits qui lui ont valut une Silver Star pendant le second conflit mondiale.
Mais son nouveau job est loin d'être identique à celui de soldat, recueillir des indices, savoir qui dit vrai, qui dit faux c'est sur son nouveau terrain de Los Angeles que Cole Phelps va s'exprimer et éradiquer les menaces de la Citée des Anges.
Du simple petit larcin, en passant par la prise d'otage de policier jusqu'au pire des crimes, Cole aura fort à faire pour rendre plus paisible Los Angeles et gagner ses galons d'investigateur.
Cole aura t'il les épaules assez large pour mener à bien sa carrière et élucider toutes les affaires qui lui tiennes à coeur?
A vous de lui donner un petit coup de mains...
Côté Graphismes:
Los Angeles à la fin des années 40 devait être un sacré défis pour Team Bondi qui signe avec L.A. Noire le premier jeu majeur et certainement loin d'être le dernier!
Un véritable tour de force qui a le mérite d'être crédible grâce à tous ce qui entoure le titre, allant des véhicules en passant par le son ou encore les maisons parfaitement dans l'esprit de l'époque.
L'affichage du décors qui arrive à retardement (Clipping) peut parfois déranger, surtout lorsque vous êtes à quelques pas de l'objet en question, un petit peu dommage.
Sinon, dans l'ensemble l'esprit est parfaitement respecté, le Los Angeles de l'époque est à cent lieux du Los Angeles de nos jours!
Côté Gameplay:
Un petit peu trop assisté à mon goût, une petite musique retenti lorsque vous êtes à proximité d'un indice et la manette fait une petite vibration, bien que ces option soit paramètrable, la première fois que vous jouerai à L.A Noire, vous serai peut être un petit peu surpris.
Ensuite la partie interrogatoire est quand à elle plus complexe, la modélisation des visages est super réussit mais voir qui ment ou pas est parfois compliqué, les attitudes changent et tous les personnages ne mentiront pas de la même manière.
Lorsque vous aurez posé la question et étayé votre accusation de la bonne manière, une musique retentira, changeante si vous avez la mauvaise preuve.
Pour le gameplay classique, phases de tirs, conduites de véhicules ou déplacement à pieds sont corrects et parfaitement dans la lignées des jeux Rockstar.
La durée de vie:
En gros environ 30 heures vous seront nécessaire pour terminer le jeu à 100%, votre carrière vous prendra quand à elle environ 15 heures de jeu.
Une durée de vie correct qui pourra être allongé grâce aux divers DLC que vous pourrez acquérir sur le PlayStation Store à moindre coût grâce au Rockstar Pass.
En plus des enquêtes traditionnelles, vous aurez l'occasion d'intervenir sur des petits larcins, hold up, prise d'otages...
Des éléments sont également à découvrir comme les monuments de Los Angeles, des journaux...
Il y a de quoi faire pour s'amuser pendant des heures!
Pour Conclure:
L.A. Noire était atendu de pied ferme, personnelement malgré l'assistance un petit peu trop prononcé, L.A.Noire est une bonne surprise!
Le Motion Scan des visages est une vrai réussite grâce à la technologie révolutionnaire employé apportant une crédibilitée surprenante.
C'est surtout un jeu à ne pas raté, peut être pas le jeu de l'année mais sans aucun doute le jeu à posséder absolument!

Ma Note pour L.A. Noire: 16.5/20

Acheter L.A. Noire

05/06/2011

TEST: DIRT 3

DIRT3_PS3_rgb_3D EU 2.2.11.jpg

Après 13 années de reigne sur la discipline du rallye, ce nouvelle opus de la franchise Dirt ne déroge pas à la règle en proposant une nouvelle fois un contenu des plus important.
Rallye, Rallye Cross, Gymkhana et bien d'autres disciplines automobiles sont présentes avec à chaques épreuves une nouvelle façon de piloter et une remise en question à chaque virage.
Prêt à parcourir le monde pour remporter de nouvelles compétitions parmis lesquels les prestigieux Summer X Games et Winter X Games?

Côté Graphismes:
Si vous trouvez des défauts vraiment importants, vous êtes forts!
Les environnements sont tout simplements réussis, détaillés et chaques imperfections du bitume ou de tout autres revêtements fera vaciller votre bolide.
Les différences jours/nuits sont parfaitements retranscrite, ce qui n'est pas toujours le cas dans les jeux de courses automobiles, tout comme les conditions météorologiques comme les chutes de neiges ou la pluie qui vous empêcherons de voir beaucoup plus loin que votre capot si vous suivez des adversaires.
Une véritable réussite graphiques!

Côté Gameplay:
Déjà quelques années que je n'avais pas joué à un jeu de rallye et le plaisirs est immédiat!
Hormis le Gymkhana qui m'a demandé plus de maîtrise et je où je n'ai ressenti le fun de l'épreuve qu'après un petit temps d'adaptation, notamment après avoir acquis les bases de la discipline.
Ce qui est appréciable également, c'est la conduite des véhicules qui ne sera pas du tout identique et qui vous demandera de lever un petit peu le pied dans les premiers instant pour dompter les canassons qui ne demande qu'à sortir du capot.
Que dire de négatif?
Et bien pas grand choses...

La durée de vie:
Conséquente!
Plusieurs saisons découpées en 4 sections avec pour points central une épreuve finale qui concluera la saison par une grande finale.
Chaque épreuve vous fera gagner de précieux points d'expériences qui vous ferons débloquer de nouvelles écuries.
De plus, vous aurez également accès à des petites championnats par discipline qui vous permettrons d'allonger encore la durée du mode solo.
Pour le peu que vous soyez un accro du jeu en ligne, vous pourrez également vous épuisez des heures sur la multitude de mode de jeu online ou le fun est également présent en solo ou en équipe.
Si vous êtes un perfectionniste, vous en aurez pour des heures de jeux.

Pour Conclure:
Dirt 2 avait véritablement donné le ton, Dirt enfonce le clou avec un contenu digne de sa renommé.
Mais aussi un belle hommage à Colin McRae avec un plus grand nombre de course rallye que dans les précédents opus avec 60% de course rallye en mode carrière et plusieurs véhicules estampillé Colin McRae Vision, nom de son association.
Dirt 3 était attedu au tournant par bon nombres et finalement c'est logiquement que Dirt 3 s'impose en grand vainqueur dans les jeux de course rallye.
Mon coup de coeur pour les jeux de course de ce début d'année.

Ma Note pour Dirt 3: 18/20

Acheter Dirt 3