12/07/2011

TEST: Infamous 2

infamous2.jpg

Cole est de retour et doit faire face à une nouvelle menace: La Bête, un colosse de plusieurs mètres de haut qui détruit tout sur son passage.
Après un premier combat contre la bête, Cole est battu et dois ce résigner à décupler ses pouvoirs pour prétendre anéantir cette chose plus corriace que prévu.
Direction: New Marais en compagnie de Zeke et Kuo, l'assistante d'un professeur qui souhaite rencontrer Cole pour lui offrir ses service mais tout ne ce passe pas comme prévu, la Milice dirige plus ou moins la ville et vous voici à combattre un groupuscule armé dirigé par un certain Bertrand qui fera tout pour mettre des bâtons dans les roues de Cole et ses amis.
Après les Reepers de Empire City, la Milice et autres monstres en tout genre seront sur votre chemin.
Cole sera t'il assez puissant pour l'arrivée de la bête?

Côté Graphismes:
Le premier épisode de Infamous m'avais emballé par son aspect graphique soigné, sans fioriture, c'était jolie et j'en attendais beaucoup de ce second épisode.
Infamous 2 est beau, avec de vrai cinématique et pour la première fois, Cole et Zeke ont de vrai visages!
Pas de gros changement, cette fois, l'aventure quitte Empire City pour New Marais, nouvelle ville mais pas si différente que la première, les décors, sans être semblable sont très ressemblant.
C'est soignée mais quelques bug d'affichage ou avec le décors sont malgré tout à déplorer.
Sans pour autant altérer l'expérience de jeux.

Côté Gameplay:
C'est une joie de retrouver Cole et ses supers-pouvoirs éléctrique, agrémenter d'un aiguillon éléctrique de la conception de Zeke.
Toujours les mêmes sensations, une prise en mains rapide et chaque nouvelles attaques disponible est suivi d'un court et rapide apprentissage qui permet de découvrir le talent débloqué.
Aucune erreur de gameplay à déplorer, c'est d'une réussite impeccable!

La durée de vie:
Dans la droite lignée du précédent épisode, l'histoire principale prend une bonne douzaine d'heures, les missions annexes agremente la durée de vie de quelques heures.
Les fragments sont de retour et contrairement au premier épisodes, j'ai eu moins de mal à les trouver, tout comme les boîtes mortes, qui cette fois-ci sont accroché après des pigeon qui sont symbolisé sur la carte par un pigeon bleu.
Une durée de vie relativement bonne avec la possibilitée de refaire le jeu dans un Karma différent suivant vos choix (bon ou mauvais).

Pour Conclure:
Infamous 2 est aussi excellent que le premier épisode avec un scénario qui commence juste après les évènements de Empire City.
Sucker Punch réalise un tour de force en incluant de nouveaux personnages et de nouveaux pouvoirs, ce qui permet une approche nouvelle de Infamous.
Quelques petits Bug sont à déplorer mais ne gâche en rien les nouvelles aventures de Cole, le doublage est également un petit peu à revoir avec des décallage entre le son et les mouvements des personnages.
Infamous 2 inclut également un éditeur de niveaux qui permet de diffuser ces propres missions sur le PlayStation Network et également bénéficier de nombreuses missions réalisé par la communauté qui permettra de rallonger encore plus une durée de vie déjà plus que correct.
Un jeu à posséder absolument!

Ma Note Pour Infamous 2: 18/20

09/07/2011

TEST: Hunted The Demon's Forge

jaquette-hunted-the-demon-s-forge-playstation-3-ps3-cover-avant-g-1307092256.jpg

Tout commence par un cauchemard de Caddoc qui ce retrouve dans une sorte de souterrain d'où il entend des voix avant de voir un monstre qui le reveille en sursaut.
Rassuré comme il ce doit par sa fidèle compagne de route E'Lara, Caddoc reste septique quand au message qu'il pense avoir entendu dans son rêve.
Reprenant la route, les deux mercenaires rencontre une jeune femme qui n'a pas dû avoir l'occasion de voir le soleil depuis des lustres tellement sa paleur ferais peur à un mort, celle-ci demande à Caddoc de prendre une sorte de pierre, la pierre des morts mais Caddoc reste sur ses gardes mais E'Lara la prend et déclenche des évènements qu'il n'attendait pas, ce qui au départ n'est qu'un mauvais rêve, devient finalement une réalité...

Côté Graphismes:
Sans prétention, les décors sont assez variés pour vous permettre une aventure intéressante mais de nombreux Bug d'affichage ou de collisions avec le décors sont présents.
Ainsi, certains ennemis reste coincé dans le sol une fois que vous les avez tué et tourne sur eux-mêmes, ou encore les visages qui ne sont pas assez détaillés laissant planer un sentiment d'inachevé.
Malgré tout, les décors sont comme je vous le disait assez varié et rattrape un petit peu un aspect graphique légèrement retrait par rapport à ce que l'on connaît sur certains jeux.

Côté Gameplay:
A la base, Hunted: The Demon's Forge ce présente comme un jeu de rôle mais je l'apparenterais d'avantage à un jeu d'action, l'aspect tactique du jeu de rôle est en retrait, assurant par la même occasion un gameplay beaucoup plus nerveux.
Les combats sont assez nerveux et rythmé, pas tellement de temps mort, les ennemis sont souvent en groupes et prêt à tout pour vous occires!
Après, les améliorations pour les attaques et la magie sont présent et peuvent être amélioré grâce à des pierres que vous ramasserez en cours de route.

La durée de vie:
Une bonne douzaines d'heures de jeux à prévoir sans compter les missions annexes qui vous permettrons d'en ajouté encore un peu plus.
Une durée de vie qui est donc raisonnable et je ne parle pas de la possibilité de créer ses propres missions qui vous permettront également de les partager en ligne, les créateures en herbes passerons à n'en pas douter de nombreuses heures.

Pour Conclure:
Hunted est avant tout un bon jeu d'action mais de meilleurs graphismes et animations n'aurait pas été un luxe!
Le plus gros des hic, ce sont certainement les dialogue entre les personnages, la narration est totalement à revoir, avec un doublage horrible, les personnage à l'écran parle que la phrase n'est pas commencé, quand à l'intonation, il n'y en a pas, digne des meilleures Nanard du cinéma!
Dommage, je m'attendais honnêtement à mieux.

Ma Note pour Hunted: The Demon's Forge: 13.5/20

05/07/2011

TEST: Duke Nukem Forever

duke-nukem-forever-jaquette-ps3-210111-01_0902FD037000058583.png

Inutile de préciser que Duke s'est laissé désirer pendant plus de 10 ans, maintenant qu'il est là, on ne va pas s'en plaindre tout de même!
Duke, le grand balaise qui fais craquer les minettes surf sur sa notoriété après avoir botté le cul des Aliens la dernière fois mais voilà, tout à une fin, les Aliens sont de retour et compte bien venir titiller l'homme au lunettes noires amateur de bimbos siliconné.
Alors n'oubliez pas de recharger vos flingue pour faire sauter la cervelle à quelques vilains Alien prêt à vouloir marcher sur vos plates bandes.

Côté Graphismes:
A première vu, le titre présente un retard de quelques années sur certain titres mais contrairement à la plupart des opinions négative que j'ai lu, je n'enterrerai pas Duke Nukem Forever pour la simple et bonne raison que certain titre sont bien en dessous de celui-ci!
L'aspect graphique général n'est pas mal, le gros point faible réside dans la qualité de réalisation des personnages qui est assez fade, les graphismes et les environnements ne sont pas si mal que çà, les aliens sont bien vilain comme il faut, et les effets pyrotechniques sont correct, j'aime faire de superbes explosions en envoyant une bonbonne de gaz à la tronche des aliens!

Côté Gameplay:
Le gameplay est un régal, bien bourrin comme il faut, rare sont les moments d'accalmie, vous avez toujours un alien pour venir vous cassez les pieds, toujours obligé de lui botter le cul!
Les possibilitées sont multiples et bienvenue, tout ou presque tous les objets qui sont par terre sont une arme, ainsi une statuette pourra facilement servir pour tuer un alien ou ouvrir une grille de ventilation pour former un passage.
Petit bémol, parfois, on ce perdrait presque dans certain endroit, pas de GPS pour ce repèrer, pas trop handicapant malgré tout.

La durée de vie:
Conséquente par rapport à ce que l'on nous propose actuellement en FPS, une bonne douzaine d'heures sera nécessaire pour boucler la campagne solo.
Le multi quand à lui ne vous permettra quand à lui pas vraiment des centaines d'heures de jeux, les modes proposé n'étant que très classiques.
Une durée de vie qui est rappelons le généreuse en solo par les temps qui court, ont ne va pas s'en plaindre.

Pour Conclure, Duke Nukem Forever signe le retour d'une licence qui a connut des péripéties digne des plus grandes sitcom américaine et finalement contre toute attente, est là et bien là!
Rien que par la légende de Duke, il mérite sa place sur une étagère de jeu, le scénario n'est pas des plus évolué mais vous permettra de vous défoulez sauvagement sur les Aliens qui ne mérite que çà!
Les bonnes idées sont là aussi avec des passages en véhicules intéressant qui seront réhitéré et pourquoi pas amélioré dans le prochain épisode qui corrigera certainement pas mal d'erreur (si prochain épisode il y a)
Personnellement, j'ai bien apprécié Duke Nukem Forever, par son ambiance si particulière, sans prise de tête et en plus avec quelques clin d'oeil comme un casque de Halo, un "casse toi pov' con" pas piqué des vers en début de jeu^^, quelques clins d'oeil qui ce maris parfaitement avec l'ambiance général du jeu.

Ma Note pour Duke Nukem Forever: 15/20

24/06/2011

TEST: RED JOHNSON'S CHRONICLES

LOGOv05-redjohnson-ssfond.jpg

Un crime a eu lieu à Metropolis et la police comme à son habitude dans cette ville est débordé (laissez moi rire!).
Elle demande donc à Red Johnson's, un detective privé d'enquêter et de résoudre cette enquête.
Un homme a donc été tué par balle sur le pont Drownedmen's Bridge et la recherche d'indices, témoignages et preuves seront primordiale pour pouvoir mener à bien votre enquête et découvrir ainsi qui a tué l'homme le plus détesté de Metropolis.
Saul votre Indic' vous donnera parfois un petit coup de mains pour résoudre des énigmes bien tordus.

Côté Graphismes:
Red Johnson's Chronicles est fait de plusieurs style graphique, le jeu étant un point & click, les phases de jeux normale sont fixe ce qui destabilise au tout début, vous n'avez qu'à déplacer un curseur qui vous montre si vous devez jeter un oeil ou si il y a une action a mené.
Les cinématique sont quand à elle en noir et blanc du plus belle effetavec des personnages superbement réalisé.
L'ensemble graphique est superbe, rien à dire, les endroits de la ville que l'on visites sont magnifiquement soignés.

Côté Gameplay:
Les jeux Point&Click sur console HD sont rare et Red Johnson's Chronicles est de ceux qui ont le mérite de s'incrusté avec une jouabilité relativement bien ficellé.
Les casses têtes sont parfois bien tordus avec une obligation à réfléchir bien que ce soit toujours (ou presque) du ressort de la logique.
Comme par exemple pour la caméra de surveillance ou il faut déplacer des pièces pour remettre en ordre le circuit imprimé, des mécanisme de jeu parfaitement huilé qui colle parfaitement à l'idée que lon ce fait du jeu.
Par moment, des qte devront être réalisé, soit pour combattre contre un ennemis potentiel ou pour une action anodine, ceux-ci s'intègrent parfaitement au jeu.

La durée de vie:
Je doit avoué que je m'attendais à moins de durée de vie, Red Johnson's Chronicles étant en téléchargement sur le PlayStation Store à moins de 10€, vous en aurez pour votre argent.
Entre 6 et 8 heures pour le terminer et après tout dépend de votre archarnement à essayer de le terminer à 100% pour glaner les précieux trophées qui demanderons quelques prises de têtes.

Pour Conclure:
Lexis Numérique nous apporte un jeu franchement intéressant, non pas par le scénario qui est conventionnel et ne recelle pas de surprise pour l'intrigue mais la mécanique de jeu est intéressante et bien ficellé, les graphismes et cinématique sont superbe, rien à redire.
J'ai adoré la rencontre avec le SDF sous le pont, Saul qui me fait pensé à Huggy de Starsky et Hutch.
Si vous ne l'avez pas encore acheté et que vous hésitez encore, je vous déconseille de passer à côté, c'est une valeur sûre et de plus, les jeux Point & click sur PS3 sont plutôt rare et chance un peu des jeux traditionnel.

Ma Note pour Red Johnson's Chronicles: 16/20

 

 

20/06/2011

TEST: Red Faction Armageddon

jaquette-red-faction-armageddon-playstation-3-ps3-cover-avant-g-1307113959.jpg

Malgré tous ses efforts pour stopper ce fou furieux, Darius Mason a échouer et ce retrouvera rapidemment en compagnie de bestiole peu ragoûtante qu'il vous faudra anéantir, bestiole qui menace la population des galeries.
Pour ce faire, votre arsenal d'arme sera bien utile à commencer par le fusil-magnétique qui vous permettra un panel de destruction important et l'éradication de ces bestiole sera un jeu d'enfant...

Côté Graphismes:
Assez sombres, le jeu ce passant sous terre, on a presque l'impression de ce retrouver dans un survival horror à la dead space ou dans certain passage de Resident Evil!
On retrouve avec plaisirs les mêmes possibilitées de destruction du décors que dans l'épisode précédent Guerilla sorti il y a maintenant 2 ans, et peu importe si vous avez détruit une partie du décors qui vous bloque maintenant, la NanoForge reconstruira celui-ci avec aisance.
Bon mise à part les possibilités, Red Faction Armageddon est tout de même bien différent de son aîné qui était assez ouvert, Armageddon est quand à lui très sombre et des plus linéaire mais les couloirs de Mars propose des espace assez grands pour abriter des batîments que l'on prendra un malin plaisirs à détruire avec la plus fidèle des armes de Red Faction: le marteau.
Des phases en véhicules sont également de la partie et l'aspect est franchement très réussi.

Côté Gameplay:
J'avais franchement bien aimé le dernier épisode Guerilla qui bénéficiait d'une Map ouverte gigantesque ou les possibilités de destruction était grisante, cette épisode Armageddon est lui aussi réussi malgré son manque de liberté mais la destruction étant toujours aussi complète fais remonté mon attirance vers ce titre qui vous permet de vous défoulez comme il ce doit.
Du shoot à l'état pur avec une prise en main rapide, le must pour ce type de jeu qui permet de rapidement entré en action sans tatillonner pendant 2 heures.

La durée de vie:
Le solo ne vous prendra pas plus d'une petite dizaine d'heures et le multi-joueurs est quelques peut limité avec seulement deux modes de jeux.
Par contre, le multi-joueurs permet de s'éclater avec les copains en local (hors ligne) ce qui permet de passer de bon moment pour ce défouler.

Pour Conclure:
Fan de l'épisode Guerilla qui m'avait conquis par sa map ouverte, je suis un peu resté sur ma faim certainement dû à un chemin trop linéaire.
Ce que j'ai par contre apprécié, c'est l'armement et comme pour beaucoup, le fusil magnétique qui permet pas mal de combinaisons.
L'aspect graphique est pour sa part un peu sombre mais colle parfaitement à l'endroit ou vous évoluez.
J'espère que le prochain Red Faction si prochain Red Faction il y a, permettra plus de liberté comme par le passé.
Malgré ces quelques critiques, Red Faction Armageddon est un excellent shoot qui permet de ce défoulé avec plaisirs.

Ma Note pour Red Faction Guerilla: 14.5/20

22:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : red faction, armageddon, thq, volition, darius mason, mars, teraformeur | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook