04/08/2009

TEST: InFamous

medium_infamousstandardedition_ps3packshot0711719148449.jpg
 
Cole ne s'imaginait pas un seul instant qu'en livrant ce paquet, le cours de sa vie changerait du jour au lendemain.
L'aventure débute en plein cœur du cratère que l'explosion a crée rendant ainsi Empire City méconnaissable.
Car suite à cette explosion, la ville ce retrouve en quarantaine et sous la loi martial.
L'explosion a quant à elle tué des gens mais également fais naître les faucheurs, les Nettoyeurs ainsi que les premiers fils.
Avant l'explosion tous vos ennemis n'étais que des petits délinquant mais désormais, ceux-ci font régner la terreur et n'hésite pas à voler la nourriture aux survivant, piller, tuer est leurs activité quotidienne.
Cole devra quand à lui survivre et protéger la population contre ce nouveau fléau à moins que vous en décidiez autrement.
 
Côté Graphisme: la ville d'Empire City plongée dans le noir est plutôt lugubre mais lorsque la lumière est rétabli, vous admirerez le travail des développeurs concernant les effets de lumières
Les bâtiments gigantesque paraisse légèrement sans vie, aucun moyen de pénétrer dans les bâtiments, ce qui est un peu dommage.
Ce qui est appréciable, ce sont les multiples interactivités avec les éléments de décors, faire exploser une voiture, une station service ou des cheminées est un jeu d'enfant au rendu graphique saisissant.
 
Côté Gameplay: Les premiers instant vous permette de découvrir Cole dans ses déplacements et ses diverses possibilités bien qu'elles soient faible aux début de l'histoire mais chaque fois que la lumière est rendu à Empire City vos pouvoirs progresses et les combinaisons de touches également.
Là encore un super boulot a été fais pour rendre InFAMOUS accessible, c'est un sans faute sur toute la ligne.
 
La durée de vie est plus que convenable, rien que les missions principales vous ferons passez un bon nombre d'heures (je l'ai fais en difficiles directement pour un totale d'environs 30 heures avec un bon nombre de missions secondaires)
Une valeur sûre en termes de durée de vie.
 
Pour conclure: InFamous n'est pas si beau que GTA IV mais possède de très sérieux atout par sa liberté de mouvement sur une carte ouverte assez impréssionnante.
Contrairement à GTA IV, les missions principale son beaucoup moins lassante et sa rejouabilités plutôt immense car InFAMOUS permet de refaire l'histoire une seconde fois en super héros ou en înfame suivant ce que l'on a fais la première fois.
De plus les divers objet à trouver dans l'histoire ainsi que les 3 territoire à nettoyer permette de repasser un bon nombres d'heures sans véritablement s'ennuyer.
 
Ma Note pour InFAMOUS: 18/20

15:39 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : PS3, InFAMOUS, TEST, SUCKERS PUNCH, Sony, Cole, Empire City | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook

28/07/2009

TEST: PAIN

medium_Pain_Compilation_PS3_Packshot_0711719110859.jpg
 
 
Oooch! pourrait dire l'avatar choisis pour subir toutes les misères infligés!
Etes vous prêts à remplacer l'homme canon et à vous infliger des supplice digne de STEVE-O?
Car dans PAIN, pas de place pour les chochottes, et celui qui vaincra sera celui qui détruira le maximum et il faut bien avouer que ce concept simple fais immédiatement sourire à ne plus décrocher de la manette.
 
Côté Graphismes: Pour un jeu débarqué sur le Playstation Store il y a un peu plus d'un an, Pain à tout pour séduire.
Les graphismes sont superbe et le rendu de la destruction des décors et plutôt bien gérer.
Il faut bien avouer que l'équipe de développement à véritablement fait un super boulot car les dégâts engendré par la chute des objets que l'on percute avec notre avatar procure un réalisme quasi naturel.
 
Côté Gameplay: Après une initiation légèrement longue mais nécessaire, vous voici plongé dans les divers mini jeux proposé parmis lesquels: PainOlympiades, Bowling, Destruction...
La prise en main est assez aisée, la phase d'initiation explique parfaitement les divers possibilité de mouvement du jeu.
 
Côté Multi-joueur en ligne et Hors ligne: Pain trouve tout son sens en multi-joueur.
Les joutes à plusieurs (4 maximums) permette de franche parties de rigolades et l'envie de faire mieux que l'adversaire permet de bonne et longue soirée de jeu.
La durée de vie reste tout de même restrinte, Pain est d'avantage un jeu destiné aux Casual Gamer mais sont principe séduira autant les enfants, les femmes et les hommes.
Ses divers mini jeux procure néanmoins de nombreuses heures de jeu.
 
Pour conclure, Pain est très jolie esthétiquement parlant et permettra à beaucoup d'y trouver sont compte.
Idéale pour ce défouler après une journée de travail, Pain par son concept ultra simple avait conquis son public à sa sortie ce permettant donc le luxe de sortir en Blu-Ray dans une version compilation du plus belle effet.
Pour petit et grand, l'avantage de ce jeu Casual est de pouvoir jouer en famille.
 
 
Ma Note pour PAIN: 13/20

20:15 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : PS3, Pain, Compilation Pain, Blu-ray, avatar, destruction, Havok | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook

20/07/2009

TEST: Motorstorm Pacific Rift

medium_logo_Mortorstorm_Pacific_Rift.3.png
 
 
Après un épisode dans le désert qui avait trouvé son public lors de la sortie du Monolith, tout le monde attendait beaucoup de ce second opus.
Fini le désert désormais c'est une île paradisiaque qui me fais beaucoup pensé à Hawaii, entre les volcans, la plage et les chutes d'eau.
Avec l'arrivée du Big Foot, c'est une nouvelle machine à dompter et une toute nouvelle expérience qui commence.
 
Côté Graphismes: Motorstorm Pacific Rift est une valeur sûre en matière de graphismes, les paysages de cette île du Pacifique sont différents et tous sont splendides.
Que vous soyez à la plage ou sur les pentes d'un volcan, chaque détail est là pour vous en mettre plein les yeux.
Rien à dire, ce motorstorm tire véritablement partie de la puissance de la PS3.
Quand aux véhicules, ils sont plutôt réussi.
 
Côté Gameplay: Comme je l'avais déjà dit dans ma première impression, Motorstorm 2 ne peut pas vraiment être considéré comme un jeu arcade.
Le pilotage est facile à prendre en main mais pas question de rester appuyer à fond sur l'accélérateur sous peine de pulvériser le bolide dans un virage.
Par contre ce qui me déçoit, c'est la déformation pas du tout réaliste des véhicules.
Chaque sortie de route qu'elle soit violente ou pas, sera la perte de votre véhicule et par la même occasion de précieuses secondes perdus en attendant le respawn du bolide.
 
Côté Multi-joueurs en ligne et hors ligne: en hors ligne, c'est  jusqu'à 4 joueurs qui peuvent s'affronter sur le même écran, de quoi passer de bonne soirée sur les rives du Pacifique.
En ligne, après quelques parties, je trouve les parties légèrement difficile à trouver.
Mais une fois la partie trouvé, ce n'est que du bonheur, l'expérience online est beaucoup plus dure que l'expérience offline.
 
La durée de vie est plutôt conséquente en mode Festival, le online rajoute encore de nombreuses heures de jeux sans parler de l'acquisition des trophées qui ce révèlent être un sacré tour de force.
Car il faut bien avouer que certains trophées demanderons de s'y reprendre à plusieurs fois pour les remporte.
C'est encore une fois un gros point fort de Motorstorm Pacific Rift.
 
Pour conclure, si vous êtes frileux à l'idée de jouer à une simulation, Motorstorm vous conviendra.
Une grosse réussite graphique, un super gameplay et un contenu assez important en fond une valeur plus que sûre.
Si vous ne l'avez encore pas acheté, Motorstorm Pacific Rift ce trouve actuellement à 30€ pas de quoi ce ruiner pour de bonne soirées seule ou entre amis.
 
Ma Note pour Motorstorm Pacific Rift: 16.5/20
 

22:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : PS3, Motorstorm Pacifique Rift, critique, Test, bigfoot, motos, buggies | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook

14/07/2009

TEST: Tomb Raider Underworld

medium_36245_jaqr_tombraiderunderworldPS3_129x171.jpg
 
 
Lara Croft qui part à l'aventure jusque là tout est normale, mais lorsque Lara part à la recherche du marteau de Thor, c'est plutôt une peripétie.
En effet Tomb Raider Underworld est la fin de l'histoire qui a débuté il y a 12 ans et mise à part la recherche du marteau de Thor, Lara recherche également sa mère disparues ou des traces d'elle.
Sur le papier l'histoire de Underworld a tout pour plaire mais qu'en est-il en réalité?
 
Côté graphismes: Les univers diversifié apporte à Tomb Raider Underworld un sentiment de réussite absolue.
Du Mexique et ses temples Incas dans sa jungle luxuriante à la Thaïlande et ses temples à l'effigie de Shiva, vous en prendrez plein les yeux et chaques destination sera un nouveau voyage.
Mais ce n'est pas tout, car les passages sous marins sont également une réussite.
Car ce qui est sur terre dans Tomb Raider l'est également sous la mer et là, gare au requin qui viendrons perturber votre aventure.
 
Côté Gameplay: Avec un panel de mouvement aussi énorme, on s'attend de suite à ce que le jeu soit une réussite mais de nombreux bug gâche quelques fois le jeu.
Exemple de bug que j'ai eu l'occasion de rencontrer à plusieurs reprises, c'est Lara qui reste bloqué dans le décors quelques secondes, Lara dans le vide qui ne tombe pas ou qui tombe alors que l'on est accroché (beaucoup moins fréquent)
Certes les mouvements sont impressionnants car nombreux mais le gameplay manque parfois de précision.
Du côté des combats, c'est agréable et certainement le plus abouti de tous les Tomb Raider que j'ai eu l'occasion de terminer.

 
La durée de vie est dans la lignée des derniers épisodes environ 7 heures pour le terminer et il est vrai que la difficulté n'est pas très élevée.
Ce qui permet éventuellement de grappiller quelques heures, c'est la conquête des trophées et notamment la recherche de tous les trésors, reliques et autres trophées.
Comme chaque Tomb Raider certains passage vous obligerons à réfléchir car les puzzles ne sont pas toujours évident à résoudre.
Beaucoup moins compliqué toutefois que lors des premiers épisodes qui était de véritable casse tête très compliqué voir trop compliqué.
 
Pour conclure, Tomb Raider Underworld est une réussite graphique qui conclue de belle manière une partie de l'histoire de Lara Croft débuté il y a 12 ans avec Tomb Raider premier du nom.
Malgré quelques imperfections, les fans d'aventure et de paysage de carte postale y trouverons leurs compte.
 
 
Ma Note pour Tomb Raider underworld: 13/20

29/06/2009

TEST: Bioshock

medium_bioshock1.jpg
 
Bienvenue à Rapture!
Sa vue imprenable sur l'immensité de l'océan, sa faune et sa flore aquatique comme vous ne l'avez jamais vu.
Mais pas de chance pour vous, le tourisme ne sera pas pour cette fois malheureusement.
Après le crash de votre avion, vous voici contraint de rejoindre un phare une centaine de mètre plus loin et c'est alors que l'aventure commence dans cette citée sous marine peupler d'être complètement déjanté qui n'aurons qu'un but, celui de vous tuer et tous les moyens serons bon pour vous mettre hors d'état de nuire.
 
 
Côté Graphismes: Malgré le fait que les environnements sont sombres, les images reste malgré tout magnifiques et les environnements diversifiés en font un FPS/aventures des plus original par son encadrement sous marin.
Malgré le fait que les environnements ne soit pas destructible ou peu, on s'amuse tout de même, la possibilité de mettre le feu très bien rendu à l'écran à certaine partie du décors enchante par son réalisme mais ce n'est pas tout, électrocuter un ennemie qui a les pieds dans l'eau est également un régal!
 
Côté Gameplay: les actions sont rapidement jouables, les touches parfaitement en accord,encore faudra t'il trouver la bonne parade contre les divers ennemis.
Le jeu ne s'arrête pas à un jeu de tir à la première personne, il vous faudra pirater des coffres, et pour ce faire, un casse tête sera devant vous sous forme d'un cheminement de tuyaux ou il vous faudra apporter un liquide d'un point à un autre dans un temps minimum sous risque de perdre de la vie et de finir par mourir.
Autre chose particulièrement apprécié, c'est la fouille des cadavres qui recèle bon nombre de munitions, objet en tout genre qui vous permettrons de créer des armes, fortifiants...
 
La durée de vie est tout à fait raisonnable, si vous prenez le temps de fouiller chaque recoin de Rapture, la vingtaine d'heures sera nécessaire car le déblocage de certains trophées vous obligera à fouiller partout.
Cà fais veritablement plaisirs de jouer plus de 8 heures sur un jeu sans ce lasser un seul instant, c'est plutôt rare est cela mérite d'être souligner.
 
Pour conclure, les âmes sensible devront s'abstenir car certains passage regorge de violence et la vision de certaines image pourront choquer.
Un super FPS qui ce démarque par son univers spéciale et où les développeur on dû avoir à faire à des psychopathe pour écrire le scénario pas commun ou les ennemis sont complètement à la masse.
J'éspère que le second épisode qui sortira cette année sera de la même trempe.
Merci 2K Marin du travail accompli sur Bioshock, un Chef d'Oeuvre de haut vole!
 
Ma note pour Bioshock: 19/20 

   
 
 

10:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : PS3, Test, Bioshock, Rapture, 2K Marin | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook