20/07/2009

TEST: Motorstorm Pacific Rift

medium_logo_Mortorstorm_Pacific_Rift.3.png
 
 
Après un épisode dans le désert qui avait trouvé son public lors de la sortie du Monolith, tout le monde attendait beaucoup de ce second opus.
Fini le désert désormais c'est une île paradisiaque qui me fais beaucoup pensé à Hawaii, entre les volcans, la plage et les chutes d'eau.
Avec l'arrivée du Big Foot, c'est une nouvelle machine à dompter et une toute nouvelle expérience qui commence.
 
Côté Graphismes: Motorstorm Pacific Rift est une valeur sûre en matière de graphismes, les paysages de cette île du Pacifique sont différents et tous sont splendides.
Que vous soyez à la plage ou sur les pentes d'un volcan, chaque détail est là pour vous en mettre plein les yeux.
Rien à dire, ce motorstorm tire véritablement partie de la puissance de la PS3.
Quand aux véhicules, ils sont plutôt réussi.
 
Côté Gameplay: Comme je l'avais déjà dit dans ma première impression, Motorstorm 2 ne peut pas vraiment être considéré comme un jeu arcade.
Le pilotage est facile à prendre en main mais pas question de rester appuyer à fond sur l'accélérateur sous peine de pulvériser le bolide dans un virage.
Par contre ce qui me déçoit, c'est la déformation pas du tout réaliste des véhicules.
Chaque sortie de route qu'elle soit violente ou pas, sera la perte de votre véhicule et par la même occasion de précieuses secondes perdus en attendant le respawn du bolide.
 
Côté Multi-joueurs en ligne et hors ligne: en hors ligne, c'est  jusqu'à 4 joueurs qui peuvent s'affronter sur le même écran, de quoi passer de bonne soirée sur les rives du Pacifique.
En ligne, après quelques parties, je trouve les parties légèrement difficile à trouver.
Mais une fois la partie trouvé, ce n'est que du bonheur, l'expérience online est beaucoup plus dure que l'expérience offline.
 
La durée de vie est plutôt conséquente en mode Festival, le online rajoute encore de nombreuses heures de jeux sans parler de l'acquisition des trophées qui ce révèlent être un sacré tour de force.
Car il faut bien avouer que certains trophées demanderons de s'y reprendre à plusieurs fois pour les remporte.
C'est encore une fois un gros point fort de Motorstorm Pacific Rift.
 
Pour conclure, si vous êtes frileux à l'idée de jouer à une simulation, Motorstorm vous conviendra.
Une grosse réussite graphique, un super gameplay et un contenu assez important en fond une valeur plus que sûre.
Si vous ne l'avez encore pas acheté, Motorstorm Pacific Rift ce trouve actuellement à 30€ pas de quoi ce ruiner pour de bonne soirées seule ou entre amis.
 
Ma Note pour Motorstorm Pacific Rift: 16.5/20
 

22:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : PS3, Motorstorm Pacifique Rift, critique, Test, bigfoot, motos, buggies | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook

14/07/2009

TEST: Tomb Raider Underworld

medium_36245_jaqr_tombraiderunderworldPS3_129x171.jpg
 
 
Lara Croft qui part à l'aventure jusque là tout est normale, mais lorsque Lara part à la recherche du marteau de Thor, c'est plutôt une peripétie.
En effet Tomb Raider Underworld est la fin de l'histoire qui a débuté il y a 12 ans et mise à part la recherche du marteau de Thor, Lara recherche également sa mère disparues ou des traces d'elle.
Sur le papier l'histoire de Underworld a tout pour plaire mais qu'en est-il en réalité?
 
Côté graphismes: Les univers diversifié apporte à Tomb Raider Underworld un sentiment de réussite absolue.
Du Mexique et ses temples Incas dans sa jungle luxuriante à la Thaïlande et ses temples à l'effigie de Shiva, vous en prendrez plein les yeux et chaques destination sera un nouveau voyage.
Mais ce n'est pas tout, car les passages sous marins sont également une réussite.
Car ce qui est sur terre dans Tomb Raider l'est également sous la mer et là, gare au requin qui viendrons perturber votre aventure.
 
Côté Gameplay: Avec un panel de mouvement aussi énorme, on s'attend de suite à ce que le jeu soit une réussite mais de nombreux bug gâche quelques fois le jeu.
Exemple de bug que j'ai eu l'occasion de rencontrer à plusieurs reprises, c'est Lara qui reste bloqué dans le décors quelques secondes, Lara dans le vide qui ne tombe pas ou qui tombe alors que l'on est accroché (beaucoup moins fréquent)
Certes les mouvements sont impressionnants car nombreux mais le gameplay manque parfois de précision.
Du côté des combats, c'est agréable et certainement le plus abouti de tous les Tomb Raider que j'ai eu l'occasion de terminer.

 
La durée de vie est dans la lignée des derniers épisodes environ 7 heures pour le terminer et il est vrai que la difficulté n'est pas très élevée.
Ce qui permet éventuellement de grappiller quelques heures, c'est la conquête des trophées et notamment la recherche de tous les trésors, reliques et autres trophées.
Comme chaque Tomb Raider certains passage vous obligerons à réfléchir car les puzzles ne sont pas toujours évident à résoudre.
Beaucoup moins compliqué toutefois que lors des premiers épisodes qui était de véritable casse tête très compliqué voir trop compliqué.
 
Pour conclure, Tomb Raider Underworld est une réussite graphique qui conclue de belle manière une partie de l'histoire de Lara Croft débuté il y a 12 ans avec Tomb Raider premier du nom.
Malgré quelques imperfections, les fans d'aventure et de paysage de carte postale y trouverons leurs compte.
 
 
Ma Note pour Tomb Raider underworld: 13/20

29/06/2009

TEST: Bioshock

medium_bioshock1.jpg
 
Bienvenue à Rapture!
Sa vue imprenable sur l'immensité de l'océan, sa faune et sa flore aquatique comme vous ne l'avez jamais vu.
Mais pas de chance pour vous, le tourisme ne sera pas pour cette fois malheureusement.
Après le crash de votre avion, vous voici contraint de rejoindre un phare une centaine de mètre plus loin et c'est alors que l'aventure commence dans cette citée sous marine peupler d'être complètement déjanté qui n'aurons qu'un but, celui de vous tuer et tous les moyens serons bon pour vous mettre hors d'état de nuire.
 
 
Côté Graphismes: Malgré le fait que les environnements sont sombres, les images reste malgré tout magnifiques et les environnements diversifiés en font un FPS/aventures des plus original par son encadrement sous marin.
Malgré le fait que les environnements ne soit pas destructible ou peu, on s'amuse tout de même, la possibilité de mettre le feu très bien rendu à l'écran à certaine partie du décors enchante par son réalisme mais ce n'est pas tout, électrocuter un ennemie qui a les pieds dans l'eau est également un régal!
 
Côté Gameplay: les actions sont rapidement jouables, les touches parfaitement en accord,encore faudra t'il trouver la bonne parade contre les divers ennemis.
Le jeu ne s'arrête pas à un jeu de tir à la première personne, il vous faudra pirater des coffres, et pour ce faire, un casse tête sera devant vous sous forme d'un cheminement de tuyaux ou il vous faudra apporter un liquide d'un point à un autre dans un temps minimum sous risque de perdre de la vie et de finir par mourir.
Autre chose particulièrement apprécié, c'est la fouille des cadavres qui recèle bon nombre de munitions, objet en tout genre qui vous permettrons de créer des armes, fortifiants...
 
La durée de vie est tout à fait raisonnable, si vous prenez le temps de fouiller chaque recoin de Rapture, la vingtaine d'heures sera nécessaire car le déblocage de certains trophées vous obligera à fouiller partout.
Cà fais veritablement plaisirs de jouer plus de 8 heures sur un jeu sans ce lasser un seul instant, c'est plutôt rare est cela mérite d'être souligner.
 
Pour conclure, les âmes sensible devront s'abstenir car certains passage regorge de violence et la vision de certaines image pourront choquer.
Un super FPS qui ce démarque par son univers spéciale et où les développeur on dû avoir à faire à des psychopathe pour écrire le scénario pas commun ou les ennemis sont complètement à la masse.
J'éspère que le second épisode qui sortira cette année sera de la même trempe.
Merci 2K Marin du travail accompli sur Bioshock, un Chef d'Oeuvre de haut vole!
 
Ma note pour Bioshock: 19/20 

   
 
 

10:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : PS3, Test, Bioshock, Rapture, 2K Marin | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook

21/06/2009

TEST: Sonic Unleashed

medium_36396_jaqr_sonicunleashedPS3_129x171.jpg
 
Après quasiment 20 ans de bon est loyaux services, Sonic revient une nouvelle fois dans des aventures toujours aussi périlleuse contre l'infâme docteur Eggman.
Cette fois, le docteur Eggmann a réveillé une entité qui sommeillait au centre de la terre depuis des milliers d'années, c'est alors que la terre ce fragmenta en plusieurs morceaux et démarre alors une course à la reconstruction avec ce très cher Sonic accompagné de Chip un espèce d'écureuil volant de couleurs rose.
Mais ce n'est pas tout, la nuit tombé, Sonic ce retrouve en hérisson garou au multiple pouvoirs et ce ne sera pas trop pour pouvoir accomplir cette dure mission.
 
Côté Graphisme: Jolie à regarder, le gros plus de Sonic Unleashed réside dans la multitude des décors qui vous transporterons à chaque coinde la planète.
Holoska pour l'Alaska, Mazuri pour l'Afrique, Spagonia pour l'Espagne...
En ce qui concerne les cinématiques, elles sont superbe rien à redire, bourré d'action, elles vous en mettrons plein la vue.
 
Côté Gameplay: Ce n'est pas le fort de Sonic Unleashed car le jeu est truffé de souci de caméra qui pourra lasser bon nombre de joueurs.
Du point de vu des combats, c'est génial Sonic Werehog possède un nombre impressionnant de combos et lorsque la jauge Unleash est pleine garre à vos ennemis!
Quand au courses qui compose les sequences de jours, l'imprécision de la caméra et des mouvements oblige parfois à recommencer le niveau à zéro et fini par lasser.
 
La durée de vie est conséquente et l'histoire très intéressante, mais les multiple bug et problème de caméra lassera beaucoup de joueurs qui n'essayerons pas d'aller jusqu'à la fin.
En plus de l'histoire principale, les trophées allonge considérablement les défis à réaliser car chaque partie du monde a droit à son stand de Hot Dog ou sonic doit réaliser des défis.
Une fois les défis réaliser, vous obtiendrez un trophées.
 
Pour conclure, Sonic aurait été intéressant sans tous ses bugs.
Mais Sonic reste pour beaucoup l'une des mascottes du jeu vidéo, l'un des points noire pour Sonic Unleashed est tout de même une difficultées trop grande et notamment le tout dernier niveau de Eggman Land.
Sonic Unleashed n'est pas un titre primordiale à posséder.
 
Ma Note pour Sonic Unleashed: 13/20

16:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : PS3, Sonic Unleashed, Chip, Eggman | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook

15/06/2009

TEST: Prince Of Persia

medium_36327_jaqr_princeofpersiaPS3_129x171.jpg
 
Voici le retour du Prince le plus connu au monde et comme d'habitude, l'aventure ne sera pas de tout repos.
Après avoir égaré son âne chargé d'or, notre valeureux Prince ce retrouve malgré lui enbrigadé dans une aventure plus que déliquate contre les forces d'Arihman, un Prince des ténèbres qui souhaite reigner sur le monde et anéantir la race humaine.
Mais cette fois-ci, le Prince pourra compter sur la charmante Elika pour l'aider à combattre cette entitée démoniaque.
 
 
Côté Graphismes: C'est jolie et plutôt artistique.
Artistique car les graphismes de Prince of Persia n'ont rien à voir avec les autres jeu, on a l'impression que les personnages sont crayonné,les décors sont quand à eux, tantôt ténèbreux et lugubres mais lorsque l'on purifie la terre, ce sont des décors paradisiaque qui ce dévoiles.
Bien que décrié par beaucoup de joueurs qui n'ont pas forcément apprécié cette touche artistique, je trouve dans l'ensemble les décors sublime.
 
Côté Gameplay: Comme tout Prince Of Persia, les phases de plateforme/escalade sont omniprésent.
Les déplacement sont aisé et bien géré et la caméra est bien pensé.
Mis à part quelques raté lors de courses contres les murs, l'ensemble du gameplay est super agréable.
Concernant les combats, les combos sont pas toujours évident à enchainer.
Par contre, la multitude des combos est impressionnantes et les combinaisons que l'on peu réaliser avec Elika son d'un rendu visuel époustouflant.
 
La durée de vie est d'environ 10 heures sans compter les trophées non acquis à la fin du jeu.
Les trophées allongerons encore la durée de vie pour décrocher le tant convoité platine.
Un jeu dans les normes actuel.
 
Pour conclure, un bon jeu qui ravira les amateur de jeu de plateforme.
Ce que j'aurais tout de même apprécier, cela aurait été une difficultées un petit peu plus élevée mais également un petit peu plus d'ennemis à combattre car mis à part les 4 principaux ennemis, ce ne sera qu'une petite dizaines de corrompus à combattre.
La répétitivitée des action entrainera pour d'autres de la lassitude mais Prince Of Persia mérite que l'on s'y attarde rien que pour les décors superbe et les dialogue nombreux et intelligent qui nous en apprend tout le long du jeu sur les principaux ennemis et sur l'histoire qui entoure nos personnages principaux.
 
Ma note pour Prince of Persia: 15/20

22:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : PS3, Prince of persia, Ubisoft Montreal, Elika | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg | | | | Pin it! | |  Facebook